Le MAK et les Kabyles, seuls contre tous

21
Kabylie
Kabylie

KABYLIE (Tamurt) – La percée spectaculaire qui a été enregistrée sur le terrain par le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) ces dernières années a poussé tous ses adversaires à accorder leurs violons quand il s’agit de s’en prendre au mouvement autonomiste.

En moins d’un mois, le MAK a été attaqué, avec virulence, par le premier secrétaire du FFS, le Président du RCD désigné par Said Sadi à savoir : Mahfoud Bellabas, le wali de Tizi-Ouzou, Brahim Merad, et Ali Haddad, le Président du Forum des chefs d’entreprise.
La coïncidence a fait que toutes ces attaques ont eu lieu à la veille de la célébration du printemps berbère. Ce dernier constitue l’événement politique le plus important en Kabylie et pour les Kabyles. La célébration du printemps berbère, et ce n’est un secret pour personne, est devenu ces dernières années l’occasion pour le MAK de faire une véritable démonstration de force pacifique montrant qu’il s’agit désormais de la première forces politique en Kabylie.

Désormais, quand il s’agit de célébrer le printemps berbère, Yennayer et l’anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès à Tawrirt Moussa, c’est toujours le MAK qui prend le dessus et de très loin. Une adhésion massive de plus en plus croissante de la part des citoyens kabyles en faveur du MAK a engendré la panique chez le pouvoir algérien qui ne sait plus à quel saint se vouer.
D’ailleurs, le wali de Tizi Ouzou, instruit par ses supérieurs de vilipender  le MAK, n’a pas caché le désarroi du pouvoir algérien qui ne sait plus comment réagir face à ce mouvement pacifique, démocratique qui échappe totalement à son contrôle.

C’est pourquoi, les attaques simultanées contre le MAK veulent sans doute  signifier que les partis suscités au même titre que le wali et le FCE roule tous pour le même parrain, lequel les a instruit de s’en prendre au MAK, à leurs risques et périls.  Il est fort plausible que ce soit le cas. Autrement, pourquoi, le président du RCD trouve-t-il du plaisir à siéger dans une organisation où les islamistes intégristes pullulent sans compter les anciens chefs de gouvernement et ex-ministres ayant contribué à ruiner le pays mais il ne rate pas  l’occasion de tirer sur le MAK ? Alors que ce mouvement est composé de militants sincères n’habitant pas au club des Pins et n’ayant mangé à aucun râteliers.

C’est le cas aussi du le FFS, devenu très mou ces derniers temps quand il s’agit de parler du pouvoir algérien mais très fébrile et a la gâchette facile quand il est question du MAK. Heureusement qu’il y a une différence entre les responsables de ces partis et leurs militants. Ces derniers, contrairement aux chefs de ces formations politiques, savent bien qu’un jour ou l’autre, les masques tomberont. Ils savent aussi reconnaitre leurs adversaires politiques. Quant au MAK, on verra bien ce qu’il pèse le 20 avril prochain. Ce jour-là, Nebbou, Bellabas, Haddad et Merad se mordront les doigts. Il sera trop tard.

Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici