Il est l’œuvre de René Victor Pilhes: Edition d’un roman sur Abane Ramdane en France

3
Il est l’œuvre de René Victor Pilhes: Edition d’un roman sur Abane Ramdane en France
Il est l’œuvre de René Victor Pilhes: Edition d’un roman sur Abane Ramdane en France

KABYLIE (Tamurt) – Le héros kabyle de la guerre d’Algérie, Abane Ramdane, assassiné à Tétouan au Maroc en 1957, a inspiré l’écrivain français René Victor Pilhes. Ce dernier vient en effet de publier, aux Editions Albin Michel, un nouveau roman sur Abane Ramdane après une longue absence de la scène littéraire.

Le roman en question est passionnant et se lit d’une traite tant l’auteur a su restituer les rencontres l’ayant réuni avec l’architecte du congrès de la Soumam. Des rencontres qui ont gravé à jamais le visage et l’esprit particulier de Abane Ramdane chez le romancier français. Ce dernier, cinquante ans après les fameuse inoubliable rencontre avec le fils d’Iâazouzen n’a pas pu, de ses propres aveux oublier cet homme exceptionnel, dont la personnalité est pétrie de franchise et de bravoure.

L’auteur français qui a déjà obtenu plusieurs Prix littéraires pour ses œuvres, dont le Prix Medicis, n’hésite pas à écrire que sa rencontre avec Abane Ramdane, en prison en France, en 1953 a carrément changé sa personnalité. « A la fin de l’été 1953, Jean-Michel Leutier quitte l’Algérie pour continuer ses études dans un lycée toulousain. Lors d’un week-end à Albi, il fait une rencontre qui va changer sa vie : Abane Ramdane, le plus célèbre prisonnier politique de France, l’un des fondateurs du FLN. Quatre ans plus tard, devenu officier français patrouillant dans la région de Zelemta, il le retrouve sur sa route, fuyant vers le Maroc », lit-on dans la présentation établie par l’éditeur Albin Michel. Et d’ajouter que ce face-à-face passionnant entre un mythe de la Révolution algérienne et un jeune pied-noir aussi brillant que naïf contient en soi toute la complexité des rapports entre Algériens et Français, les enjeux de la guerre nationale comme les paradoxes de l’Histoire coloniale.

René-Victor Pilhes, prix Médicis pour La Rhubarbe, prix Femina pour L’Imprécateur, « a toujours exploré, dans une œuvre au style alerte tour à tour féroce, baroque et lyrique, les heures sombres de l’Histoire, en dénonçant les clichés et en éclairant les points aveugles », conclut-on dans la même présentation du livre. A lire absolument. En attendant ecoutez l’auteur.

Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici