Nordine Aït Hamouda : « Opposer la force de l’argument à l’argument de la force »

8
Nordine Ait Hamouda

KABYLIE (Tamurt) – Dans un auditorium plein comme un œuf,  Nordine Ait Hamouda a réussi a capter l’assistance composée exclusivement d’étudiants de la cité universitaire Berchiche 2 à El Kseur, Bougie.

Sous le thème identité et droits de l’homme, l’orateur  a remémoré toutes les escales et les étapes du combat identitaire , bien avant l’étoile nord africaine en citant Said Boulifa, et en passant par les pionniers du mouvement national à l’image de Benai Ouali, Imeche Amar, Ali Laiméche, Amar Ould Hamouda, Mbarek Ait Menguellet, idir Ait Amrane , les frères Ali Yahia et autres. Le printemps amazigh d’Avril 80 n’est à ce titre que la suite de cet héritage qui s’est toujours exprimé par une militance pacifique qui a été malheureusement réprimée violement lors des tragiques événements du printemps noir de 2001.

A ce titre Nordine Ait Hamouda a rappelé à l’assistance que malgré la reconnaissance mitigée du caractère officiel de la langue Tamazight dans la nouvelle constitution, la plaie de la Kabylie ne s’est toujours pas renfermée. L’État doit assumer sa responsabilité par le jugement des coupables et la reconnaissance d’un statut aux victimes de cette tragédie qui avait couté la vie à 128 jeunes. Cependant le combat d’hier comme celui d’aujourd’hui doit toujours resté pacifique. Nous devons toujours opposer la force de l’argument à l’argument de la force, avait –il réitéré tout au long de son intervention.

Pour Nordine Ait Hamouda , le combat pour les droits de l’homme est indissociable de celui des libertés démocratiques, Nous l’avons compris dira-t-il , et c’est pourquoi nous avons été les précurseurs en créant la première ligue algérienne des droits de l’homme qui nous valu la cours de sureté de l’État et les prisons de Lambése et de Berouaghia en 1985.

Se limitant au thème de la conférence, toutefois à l’insistance d’un intervenant dans les débats qui lui demanda de s’expliquer sur sa réconciliation avec la sœur du défunt Lounés Matoub, Nordine Ait Hamouda dira que toute conciliation ou réconciliation entre frères et sœurs est bienvenu, en faisant remarquer à l’assistance qu’après tout ses embrassades étaient avec une sœur et non pas avec Ali Djeddi.

Sur insistance des organisateurs, Nordine Ait Hamouda a promis de revenir pour une autre conférence qui aura pour thème l’actualité politique.

Ali Bejaoui

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici