Elles auront lieu à Tizi Ouzou, Bougie et Tuβirett : 3 marches pour l’indépendance de la Kabylie le 20 avril

2
3 marches pour l’indépendance de la Kabylie le 20 avril

KABYLIE (Tamurt) – Désormais, depuis quelques années, ce sont les militants et sympathisants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie qui occupent le terrain chaque journée du vingt avril et ce, dans les quatre coins de Kabylie.

Pour cette année aussi, des dizaines de milliers de kabyles battront le pavé des villes de Tizi-Ouzou, Bougie et Tuβirett, ce 20 avril, afin de revendiquer haut et fort l’indépendance de la Kabylie. Ceci, dans le souci de sauvegarder l’esprit démocratique et de modernité qui anime la majorité des kabyles contrairement à l’idéologie arabo-baâthiste que ne cesse de semer le pouvoir algérien depuis 1962. Une politique de régression dont les résultats sont désastreux : une école sinistrée qui produit l’ignorance quand elle ne génère pas des terroristes, une économie très fragile, un pays isolé du monde entier, etc.

Le 20 avril prochain, les kabyles descendront donc en force dans les rues pour dire que nous sommes un peuple à part entière, nous n’avons rien à voir avec ce pouvoir arabo-baâthiste, qui a rendu tous les peuples du monde entier comme des ennemis. Alors que les kabyles ont un esprit d’ouverture connu de tous. Même si le pouvoir algérien actionne tous ses relais locaux à la veille de la célébration du printemps berbère, tout le monde sait que ce sont les actions initiées par le MAK qui auront le plus grand écho et la meilleure audience et adhésion.

Depuis quelques jours, d’ailleurs, tous les relais du pouvoir algérien (partis politiques, administration et individus opportunistes) sont pris de panique et ne cessent d’user de tous les moyens indignes pour barrer la route à l’élan du MAK. Mais, ceci, n’a eu qu’un effet inverse. Puisque ce genre de démarches n’a fait que séparer le bon grain de l’ivraie. Les opportunistes d’un côté. Et ils sont minoritaires et ridicules comme on ne peut pas l’imaginer malgré les moyens financiers énormes mobilisés par le pouvoir pour acheter ces gens sans oublier certains médias qui jouent bien le jeu de la simulation. De l’autre côté, il y a et c’est la majorité écrasante, les millions de kabyles sincères et honnêtes, qui ne s’achètent pas et qui revendiquent l’indépendance pour se libérer du joug du système politique algérien dont la gestion ne cesse de s’illustrer par des désastres à répétition.

Le 20 avril prochain, il y aura le MAK et les kabyles d’un côté. Et le pouvoir algérien et ses relais de l’autre. Dans la rue, tout le monde saura qui pèse quoi. L’histoire retiendra tout.

Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici