A la veille de l’anniversaire de l’assassinat de Guermah Massinissa. Qu’est devenu le Mouvement des Archs ?

1
Archs, Kabylie

KABYLIE (Tamurt) – A la veille de l’anniversaire de l’assassinat du jeune lycéen, le martyr  Guermah Massinissa, à l’intérieur de la brigade de gendarmerie d’At Douala, en 2001, la question qui se pose aujourd’hui est : qu’est devenu le Mouvement des Archs de Kabylie, né au lendemain des douloureux événements du printemps noir ayant fait plus de cent morts dans toute la région de Kabylie ?

Pour  rappel, c’était ce mouvement qui avait canalisé  l’élan de révolte engendré par la répression féroce du pouvoir algérien contre les kabyles durant toute cette période. Puisqu’aucun parti politique ne réussissait à canaliser la colère du peuple en 2001, il fallait impérativement que des initiatives soient prises pour voir comment gérer une situation explosive qui semblait de plus en plus chaotique. C’est à partir de là que la création de la Coordination des Archs, communes et villages de Kabylie devenait incontournable.

Au début, cette coordination a réussi à avoir l’adhésion de la population de Kabylie et l’élan de sympathie qu’elle eu était exceptionnel. Mais au fil des mois et des années, le mouvement en question n’a pas cessé de s’effriter. Durant les premières années ayant suivi la tragédie de Kabylie en 2001, le Mouvement des archs est resté debout et ses animateurs faisaient des interventions régulières et s’impliquaient même dans les événements qui émaillaient la scène politique. Mais au fil du temps, on en est arrivé même à ne plus entendre parler du mouvement des Archs.

Pourquoi ce mouvement a fini par disparaître entièrement de la scène politique kabyle moins de quinze ans après sa création ? Pourquoi les responsables de ce mouvements n’ont-ils pas réussi à capitaliser le capital de sympathie qu’il a réussi à conquérir en Kabylie si rapidement ? Etait-ce juste une organisation conjoncturelle créée dans la foulée des événements du printemps noir ? Ou bien d’autres raisons, qui échappent aux non-initiés, sont-elles derrière cette disparition du mouvement de la Coordination des Archs, communes et dairas de la Kabylie ?

Autant de questions qui restent sans réponse sans l’intervention des premiers concernés pour donner les explications nécessaires qui sont le droit de tout kabyle ayant consenti,  d’une manière ou d’une autre,  des sacrifices durant cette période tragique.

Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici