Printemps berbère Pourquoi le pouvoir n’a pas interdit la conférence de Said Sadi ?

12
Dr Said Sadi
 KABYLIE (Tamurt) – Pourquoi le pouvoir algérien n’a pas interdit la conférence qui a été donnée par Said Sadi, jeudi dernier, à la maison de la culture « Mouloud Mammeri » de Tizi-Ouzou ? Il s’agit là d’une question légitime que n’importe quel observateur pourrait se poser surtout que la parti que présidait Said Sadi a rendu public hier une déclaration pour dénoncer le fait que le pouvoir a commencé à exercer une pression sur ceux qui veulent commémorer le printemps berbère en dehors du cercle officiel, constitué d’opportunistes.
En outre, la conférence que devait animer Hakim Saheb, ex-député du RCD à l’université de Tizi-Ouzou a été interdite, selon les responsables du même parti politique. On se demande donc si Said Sadi et Hakim Saheb n’appartiennent pas à la même famille politique même si on sait qu’ils le sont. On sait aussi que c’est Said Sadi qui est le chef de Hakim Saheb, en dépit de la démission apparente de Sadi de la présidence du RCD. Said Sadi n’a aucunement été inquiété pour l’animation de sa conférence, pourtant dans un lieu public plus exposé à d’éventuels dérapages, si ce sont ces derniers qui seraient craints par le pouvoir algérien. En plus, Said Sadi était accompagné par pas moins de trois militants du MCB très connus, à savoir Arab Aknine, Mouloud Lounaouci et Said Doumane.
On se pose aussi lequel pèse plus : Hakim Saheb à lui seul ou bien Sadi, Aknine, Doumane et Lounaouci ? La question ne se pose même pas. Pourquoi alors on autorise une « importante » conférence animée par d’ancienne grosses pointures du Mouvement berbère et on interdit une autre « petite conférence » que devait animer un modeste cadre du RCD, qui n’avait pas encore l’âge de prendre part aux événement d’avril 1980 ? Le pouvoir qui a autorisé la conférence de Said Sadi et celui qui a interdit celle de Hakim Saheb est-il le même ?  
Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici