Le pouvoir ferme Axxam n Tmusni, première école Kabyle

21
Axxam n Tmusni

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La toute première école laïque en Kabylie, fondée par Ahmed Amroui à At Yahia Moussa, au sud de Tizi-Ouzou, a été fermée par le régime colonial d’Alger. « Les actions d’intimidation ont commencé en 2013, lorsque des agents de l’ancien DRS sont venus intimider et enquêter sur Axxam nTmusni . Ils sont venus déguisés en fonctionnaires de la direction de l’urbanisme et de la construction pour réclamer un document manquant pour la construction du garage  en 1987.

Ce premier avertissement n’a pas donné de résultats.  » notre école  a continué de fonctionner normalement et même mieux. Tout d’un coup, en 2015 , c’est le wali qui fait visiter Axxam n Tmusi à deux cadres de la direction du commerce de Tizi-Ouzou pour la classer comme local à usage commercial illicite », nous raconte Ahmed Amroui qui a consacré des années, lui et sa femme, pour voir cette école accueillir des centaines de petits villageois très attachés à leur langue et identité kabyles.

Les déboires de ce militant du savoir ne s’arrêtent pas là. « Une discussion qui a duré plus de 3 heures durant laquelle, ce derneir a tenté de convaincre que Axxam Tamusni est ni commercial ni illicite puisque il s’agit principalement d’aide scolaire, basée strictement sur du bénévolat », ajouta Da Ahmed qui ne veut pas voir la première école Kabyle fermer ses portes. Cela n’a pas empêché le wali d’activer, par l’intermédiaire des services de wilaya chargés de répression des fraudes, pour classer Axxam Tmusni  comme  lieu de débauche ou de  dépôt de vente sauvage d’alcool ou tout autre commerce douteux, comme il en existe partout en Kabylie.

Donc il a été établi, après un  interrogatoire de trois heures, un dossier complet pour un dépôt de plainte au niveau du palais de justice de Tizi-Ouzou. C’est aussi en 2015 que les services de sécurité algériens ont commencé à s’attaquer aux membres de la famille de ce dernier(arrestation arbitraire de 2 jours à la frontière). Ces avertissements, provocations et  intimidations n’ont pas non plus conduit à  la cessation des activités d’Axxam Tmusni. L’idée s’est propagée ne Kabylie et une autre école similaire a vu  le jour du côté d’Illula Umalu, ce qui a accentué l’acharnement du préfet de Tizi-Ouzou.

Ahmed Amroui et sa femme, de nationalité Allemande  se sont exilés pour s’installer en Allemagne. Ils font, depuis,  face à de terrible pressions et intimidations à chaque entrée en Kabylie. Une Kabylie à laquelle ils sont très attachés,  puisque ils la visitaient au moins deux fois par année.  cette fois, le pouvoir algérien met en marche tout l’arsenal des pouvoirs dictatoriaux, à savoir l’injustice, les coups bas, la méchanceté, l’intimidation, la provocation, l’arrestation arbitraire, l’abus de pouvoir pour en finir avec ce « monstre  Axxam n Tmusni .

Lors de la visite effectuée en ce mois d’avril, ils refont encore face à des intimidations. En l’espace de quelques jours, il y a eu  une arrestation avec interrogatoire sur une route départementale en pleine nature. Un gendarme, en tenue, accompagné de 2 autres personnes en civil et un officier (ḥaḍharat) en civil également, se présentent à la maison du concerné  pour « une affaire concernant l’épouse ». Ces services de sécurité reviennent pour la remise de l’arrêté du Wali ordonnant de sceller Axxam Tmusni. Cela a été suivi d’une convocation à la sûreté de Draa El Mizan pour un interrogatoire relatif aux sources de financement d’Axxam Tmusni.

Tout ce scénario s’est terminé par l’expulsion du territoire algérien de l’épouse de M. Amrioui pour un motif farfelu: « agissements attentatoires à l’ordre public ». Ahmed Amroui nous a signalé que ses interrogateurs durant tout son parcours de combattant  étaient très respectueux avec lui. Certains se sont même excusés et ont regretté d’avoir agi de la sorte, mais ils ont reçu des ordres de la part de leurs supérieurs. Mais pour lui et sa femme et de nombreux habitants d’Ath Yahia  Moussa , Axxam Tmusni continuera d’activer, «  d’une façon ou d’une autre » ! Pour madame Amroui, ils espèrent tous la revoir dans une Kabylie indépendante, et le plutôt possible. Avec des militants pareils et de cette trompe, le rêve est permis!

Lounès B 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici