Fête du 1er mai à Tizi-Ouzou : les éboueurs de la ville des Genêts à l’honneur

0
TIZI-OUZOU (Tamurt) – Ce sont les éboueurs de la ville des Genêts qui ont été mis à l’honneur aujourd’hui à Tizi-Ouzou à l’occasion de la fête du 1er mai. Le rendez-vous des fêtards a eu lieu à la maison de la culture Mouloud Mammeri lequel a été convoqué par l’association algérienne du patrimoine, de l’environnement et du développement humain (APEDH), bureau de Tizi-Ouzou, et ce en collaboration avec l’APC de Tizi-Ouzou, la direction de la culture de la wilaya et la maison de la culture Mouloud Mammeri.

eboueurs
eboueurs
Les festivités ont été marquées par la remise des attestations d’honneur et de mérité aux 170 éboueurs en charge du maintien de la propreté de la capitale du Djurdjura, une collation et un gala artistique.  Pour une grande fête, c’en a été vraiment une ; même si ni le wali et ni aucun  représentant de l’APW n’ont jugé utile d’honorer de leur  présence ce rendez-vous des travailleurs. Seuls les représentants de l’APC de Tizi-Ouzou ont marqué leur présence à ce rendez-vous dont la symbolique est de notoriété internationale. Il n’en demeure pas cependant que même en l’absence du wali et du P/APW, la fête n’a pas manqué de charme.
En effet, les heureux et vaillants éboueurs, accompagnés de leurs familles et un public nombreux ont largement rempli la grande salle des spectacles de la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. La fête a attient son summum lorsque a sonné l’heure du gala artistique. Notons enfin que les éboueurs de la ville de Tizi-Ouzou n’ont pas « volé » leurs attestations de reconnaissance et de mérite. La capitale du Djurdjura a retrouvé fort bien son lustre d’antan. Les amas d’ordure à chaque coin de rue où le miasme vous agresse violemment relèvent de l’histoire ancienne. La ville des genêts a retrouvé sa grande mue avec l’arrivée de Ouhab Aït-Menguellet à la tête de l’APC de Tizi-Ouzou.
Celui-ci et ses collaborateurs ont mis au point une politique de propreté de la ville traduite en premier lieu par la jouissance de tous les droits et avantages relatifs au métier d’éboueur. Delà, les ouvriers concernés se sont retroussé les manches. Une politique qui n’a d’ailleurs pas tardé à donner des fruits.
 De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine News

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici