Le feuilleton du port sec d’Aboudaou continue

2
DEMOLITION PORT SEC ABOUDAOU

BOUGIE (Tamurt) – Après avoir procédé, mardi matin, à une première action de démolition du port sec construit à Aboudaou par la société Fennec Logistiques, dans laquelle le fils du général de corps d’armée, Ahmed Bousteila, détient des parts, les engins de la maire de Tala Hamza sont revenus à la charge, le lendemain matin, mercredi, pour détruire ce qui reste.

Désormais toute la structure a été totalement rasée. Comme la veille, les chauffeurs de ces « démolisseurs » étaient protégés par une horde de gendarmes, une manière de prouver que le général, parti en retraite forcée, n’a plus de poids dans la haute sphère.

Ne se laissant pas intimider, les représentants des propriétaires de la société réalisatrice de ce port sec, après avoir convaincu la presse locale du bien fondé de leur démarche en procédant à la construction malgré le refus du maire,  ont programmé, pour la journée du jeudi, une conférence de presse suivie d’un déjeuner dans un hôtel à Bougie. Ils veulent faire un véritable tapage médiatique pour sensibiliser la population dans le cas où la cour de justice, auprès de laquelle ils ont fait recours, les réhabilite.

Mais de nouveaux éléments sont apparus dans cette affaire. Des héritiers ont appelé par téléphone les bureaux de presse de Bougie pour les informer que le terrain en question est en situation  de litige entre les différents propriétaires. La personne, l’un des héritiers occultés justement, qui a appelé, de France, les journalistes de Bougie se trouve être un avocat exerçant à Lyon. En homme de loi, il doit certainement maîtriser ses rudiments pour ne pas avancer des choses improbables.

Mais, à ce moment là, comment avait fait le notaire qui a établi le bail de location de cette parcelle de terrain ? Ne faut-il pas la présentation de la fréda et la présence de l’ensemble des héritiers qui y sont portés pour l’établissement du bail ? Apparemment, cette histoire de port sec d’Aboudaou  n’est que le premier épisode d’un long feuilleton qui s’annonce.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici