Bernard Henri Levy, le MAK et le pouvoir : Un seul homme peut-il détruire l’Algérie ?

66
Bernard Henri Levy
Bernard Henri Levy

ALGERIE (Tamurt) – Les représentants du pouvoir algérien semblent être frappés d’une sénilité frappante quand il s’agit de s’en prendre au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie. En panne d’arguments qui peuvent tenir la route, les mêmes représentants du pouvoir, dont « l’amour » pour l’Algérie a ravagé le pays, ont trouvé un drôle de raisonnement pour s’attaquer et s’acharner encore et encore sur le MAK, qui est, à leurs yeux, plus dangereux que les partis politiques intégristes et peut être même plus dangereux que tous les hommes politiques ayant dirigé l’Algérie depuis 1962  qui l’ont menée tout droit vers un précipice sans fond et vers un enfer dont seuls les simples citoyens savent les morsures des brûlures.

Ainsi et ne pouvant critiquer le projet politique porté par le MAK et ses millions de sympathisants, les valets du pouvoir algérien usent de stratagèmes aussi crédules que sournois. Pour tenter de discréditer le MAK, la dernière trouvaille du pouvoir est Bernard Henri Levy. écrivain-auteur de dizaines de livres et né à Beni Saf en Algérie. Le fait que ce dernier ait déclaré soutenir le MAK dans son projet d’indépendance de la Kabylie a été saisi au vol par les serviteurs du pouvoir occulte d’Alger.

Ces derniers déclarent et répètent sans cesse que là où BHL s’introduit, c’est tout un pays qui s’écroule. Et l’exemple de la Lybie est cité à satiété. Ainsi, BHL, qui est un homme, intellectuel certes, mais un seul homme tout de même, aurait des capacités surhumaines de détruire quasiment un pays quand il s’en mêle. Si la Lybie s’est écroulée donc, ce n’est, nullement, les conséquences de décennies de dictature et d’injustice sous le règne de Kadhafi mais c’est juste parce que BHL s’en est mêlé.

Et dans le cas de l’Algérie, ce pays est-il donc aussi fragile au point où un seul homme, fût-il BHL, pourrait le pulvériser. Si la Kabylie devient indépendante, c’est par la volonté du peuple kabyle car le MAK est fondé sur des bases démocratiques. Mais les représentants du pouvoir algérien, en faisant des commentaires erronés et loufoques, concernant le soutien de BHL au MAK, n’ont fait que se ridiculiser en réduisant tout un pays à une fragilité qui fait qu’un homme peut en venir à bout.

Le MAK, ce sont des millions de kabyles et BHL en soutenant ce mouvement, n’a fait qu’exprimer le droit de chaque peuple de choisir son destin contrairement au pouvoir algérien qui a voulu arabiser et islamiser les kabyles avec la force, la torture, les emprisonnements et les assassinats.

Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici