En dépit de son « officialisation », l’enseignement de tamazight reste facultatif

3

ALGÉRIE (Tamurt) – Désormais, tout porte à croire que la constitutionnalisation de tamazight comme langue officielle dans la constitution algérienne n’est que de la poudre aux yeux. D’abord, il y a le fait que depuis que cette fameuse officialisation a été validée par le parlement, rien, absolument rien de palpable, n’est perceptible sur le terrain.

Aucun changement s’inscrivant dans le sillage de cette fausse officialisation n’a été constatée même dans la région de Kabylie, bastion de l’amazighité. Bien au contraire, depuis que la nouvelle constitution a inclu tamazight comme langue officielle, il a constaté une hausse des activités culturelles dont la thématique est plutôt inhérente à tout ce qui est culture arabe et islamique y compris à Tizi-Ouzou.

Comme ce fut le cas, à la veille de la commémoration du trente sixième anniversaire du printemps amazigh à la maison de la culture de Tizi-Ouzou à laquelle il serait désormais indécent d’associer le nom de l’illustre Mouloud Mammeri. Mais la preuve la plus tranchante que la soi-disant officialisation de tamazight en Algérie n’est qu’un leurre est incontestablement le fait que l’enseignement de la langue amazighe dans les écoles publiques demeure facultatif.

Les élèves désirant se dispenser des cours de tamazight le font comme si tamazight était l’équivalent du sport. C’est pire, car dans le cas du sport, pour pouvoir bénéficier de la dispense, il faut justifier d’un état de santé qui rend l’élève inapte à s’adonner à tout exercice physique. Quant au caractère facultatif de l’enseignement de tamazight, il n’est rien d’autre qu’une stratégie du pouvoir afin d’œuvrer à le faire échouer.

Mais c’est compter sans l’attachement des kabyles à leur langue et culture. En dépit de cet écueil, pourtant gigantesque, plus de 250 000 élèves kabyles suivent des cours de tamazight dans les écoles de Kabylie avec une grande assiduité au grand dam du pouvoir algérien.

Lyès Medrati

3 COMMENTAIRES

  1. Leur « officialisation de tamazight » signifie seulement qu’enfin le pouvoir reconnait l’existence du fait Kabyle et ne peut plus le nier malgré 54 ans de tentative d’étouffement.La constitution ne fait en cela que suivre le mouvement pour ne pas être ne reste .L’Etat araboislamiste ne fera rien pour que notre langue se développe . C’est à nous d’imposer cette langue parmi les nôtres.Ne plus accepter de s’exprimer autrement qu’en Kabyle vis à vis de l’administration et ses sbires qui devront eux se plier à la volonté de notre langue ,tous les panneaux et publicités interdits d’arabes comme ils ont fait avec tamazight qu’ils qu’ils ont mis à l’index ; ériger la désobéïssance civile en norme. Ils finiront comme d’habitude par suivre ,avec retard comme toujours mais sans autre choix, ils diront qu’ils nous ont donné des droits alors que nous les aurons arrachés.Qu’importe seul le résultat compte . Il n’y a rien à attendre de nos ennemis et
    encore moins des tubes digestifs KDS zélés qu’ils ont placé non par leurs mérites mais pour leur aplaventrisme . Ne comptons comme toujours que sur nous mêmes.

  2. J’entends ça et là des commentaires sur cette question d’officialisation de la langue Tamazaghit et ca donne des lectures différentes selon celui qui donne interprétation. Il y a ceux qui estiment que c’est une grande avancées et qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Pour eux il faut continuer la lutte . Lutter c’est reconnaître ton statut de colonisé et supplie ton bourreau de te lâcher un peu d’oxygène..Il y a ceux qui considèrent que c’est de la poudre aux yeux avec toutes les dispositions constitutionnelles contradictoires.Ces Kabyle n’osent pas finir leur analyses en disant tout simplement que c’est pour couper l’herbe sous le s pieds du MAK et que cette officialisation va ôter la légitimité au combat du MAK.
    Je n’ai pas à critiquer les analyses des uns et des autres mais personnellement en tant que petit observateur j’en fait une toute autre lecture de cette officialisation. Les rédacteurs de cette constitution ne sont pas bêtes du tout et pour ne pas avoir encore réécrire une autre constitution, ces politiciens du pouvoir ont anticipés sur les événements que ce pays Algérie va connaitre.Cette constitution est parfaite pour l’Algérie sans la Kabylie. L’Algérie sans la Kabylie est une terre arabe, L,article 3 bis va sauter illico presto, article 178 Tamazight n’est pas une constante nationale.Cette constitution est donc faite pour une Algérie sans la Kabylie. il y a lieu de se réjouir car l’indépendance de la Kabylie commence même germer dans l’esprit du colonisateur Arabo Musulman.

  3. C’est l’indépendance de la Kabylie qui règlera ce problème de notre langue Tamazight que le régime dictatorial algéro-arabo-islamique nous a délibérément créée.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici