Ennahar, Echourouk et El Bilad interdits de vente à Sidi Aïch

11

BOUGIE (tamurt) – Les buralistes de la localité de Sidi Aïch, département de Bougie, se sont entendus, et à partir de cette semaine, de ne plus recevoir les titres de la presse d’au moins de trois journaux arabophones connus pour leur racisme viscéral envers la Kabylie.

Il s’agit, en effet, du journal Ennahar, Echourrouk et El Bilad. Les raisons de cette  interdiction, qui sont en fait amplement légitimes, ne sont autres que les attaques itératives et les campagnes incessantes de dénigrement des ces journaux envers la Kabylie et les valeurs de ce peuple digne.  La nouvelle a été accueillie avec  joie par les habitants de la région de Sidi Aïch et les localités limitrophes. Ils ont apporté leur soutient à la démarches des  buralistes qui viennent de prendre une initiative unique et surtout hautement significative.

Les buralistes de Sidi Aïch espèrent de tout leur cœur de voir leur initiative méditée dans les quatre coins de la Kabylie. Certes, tous les titres de la presse en Algérie,  qu’ils soient arabophones ou francophones, travaillent pour le compte du régime en place ou pour l’un des clans qui le composent, mais ces trois titres ont dépassé les lignes rouges et versent dans l’insulte. Un jour Echourouk avait publié une fausse enquête qui affirme que plus de la moitié des femmes Kabyles trompent leurs maris !

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici