Grâce à la parole de Dieu on salafise et on arabise sans résistance

12

KABYLIE (Tamurt) – L’association algérienne “ iqraa” qui a englouti des sommes considérables depuis plus d’un quart de siècle est en termes de succès tout simplement une débâcle sans précédent.Il faut rappeler que cette association dont le but principal est l’arabisation, autrement dit l’éradication du kabyle,  est sponsorisée par cinq ministères, plusieurs organismes internationaux  dont  UNESCO, UNICEF, PNUD, ect… ainsi que des opérateurs algériens.

Tous ces géants de la finance n’ont pas réussi à arabiser l’Algérie encore moins la Kabylie. Un échec que les chiffres des bilans ne peuvent camoufler.  Ce constat est valable sur tout le territoire algérien et à plus d’un titre en Kabylie. Au début des cours de l’association  “iqraa” dans les villages kabyles, l’information a circulé mais sans trop d’explication quant au contenu de cette action d’alphabétisation. Beaucoup de mamans kabyles étaient  heureuses d’aller à l’école. Très vite, l’écrasante majorité de ces mamans et vIeilles kabyles ont compris qu’elles sont ciblées par le piège de l’arabisation. Elles  n’ont, en effet, participé qu’une ou deux fois  aux cours. Non pas qu’elles ont refusé de s’alphabétiser mais elles ont refusé de s’arabiser. Certaines ont trouvé même “despotique et insupportable que des maitresses kabyles enseignent dans un village kabyle à leurs voisines adultes kabyles une langue étrangère au lieu de leur apprendre à lire et à écrire la langue Kabyle.”

Après donc cette énième faillite totale de l“Algérie arabe“, voilà que “l’Algérie Salafiste” a concocté dans ces laboratoires idéologiques un autre projet pour s’attaquer à la femme Kabyle sous une autre forme et plus prometteuse, puisque la méthode s’appuie sur les recommandations divines. Ainsi, à proximité ou dans l’enceinte des mosquées en Kabyle, les salafistes sont entrain d’ériger des salles de cours cette fois-ci,  “ d’une pierre deux coups me disait un salafiste du village  avec un rire ironique et d’ajouter qu’aucune femme kabyle ne pourrait refuser d’apprendre la parole de Dieu, bien sûr en langue arabe ?”.

Lounès B 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici