Le conseil de la Fédération Nationale des Associations Amazighes (FNAA)

1
réunion du conseil fédéral

ESSAOUIRA (Tamurt) – Dans un contexte mondial touché par la violence idéologique et sectaire, et un contexte national ambigu avec une reconnaissance officielle de la langue amazighe (berbère) en Juillet 2011, l’identité amazighe n’a vu aucun changement positif. Pire, les actions des acteurs gouvernementaux tendent vers l’extrémisme, l’intolérance et la consécration du racisme.

Organisée par l’association Tigzirt de la ville de Mogador (Essaouira), la sixième réunion du conseil fédéral de la fédération nationale des associations  amazighes baptisée “rencontre Ihahan” s’est tenue le samedi 16 Juillet 2016.

Après étude des points présentés par le bureau fédéral abordés à l’ordre du jour, concernant l’état des lieux de l’identité amazighe et les droits de l’homme au Maroc durant le dernier semestre, nous avons constaté que le gouvernement ignore toutes initiatives et revendications du mouvement amazigh liées à l’application des exigences mentionnées dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Constitution du Maroc. Ce gouvernement dévalorise tous les articles de la Constitution marocaine relatifs à la langue, la culture et la civilisation amazighes. Le conseil fédéral a aussi entamé le débat sur le rapport moral et financier ainsi que la création d’un comité préparatoire pour la préparation du deuxième congrès.

Le conseil fédéral de la fédération des associations amazighes déclare ce qui suit :

1) Son intention à travers le bureau fédéral d’envoyer une lettre au roi du Maroc dans le cadre des exigences du chapitre 49 de la Constitution, pour exprimer notre rejet de tout ce qui a été préparé d’une façon arbitraire par le chef du gouvernement sans consultation du mouvement amazigh concernant le projet de loi organique pour donner effet au caractère officiel de la langue amazighe.

2)  Son rejet et sa condamnation de la série de retraits des quelques rares acquis de la nouvelle Constitution concernant l’amazighité. Ce gouvernement doit assumer sa responsabilité dans cette discrimination et ce dénigrement qui vise l’amazighe. Le conseil renouvelle à cette occasion ses revendications pour une interaction positive ayant pour but d’améliorer la perception de l’amazighe dans  les médias publics, ainsi que l’application des recommandations des comités des Nations Unies des Droits de l’Homme, comme les recommandations rapportées par Mme Farida Chahid concernant les droits culturels et linguistiques amazighs. Sans oublier les recommandations qui visent l’application de l’officialisation de la langue amazighe dans le domaine de la justice au Maroc.

3) Son soutien aux revendications des citoyen(nes) dans les régions de : Imider, Tafraout, Ait Souab, Ihahan, Azilal, …et dans d’autres régions où les populations sont victimes d’une violation de leur droits légitimes économiques et sociaux.

4) Son soutien aux revendications du mouvement féministe qui veut asseoir des lois équitables et justes mettant fin à toute discrimination basée sur le sexe, la langue ou la culture.

5) Sa solidarité avec les associations frappées d’une interdiction d’existence juridique comme c’est le cas de l’association Adhar n UbaranaTamsaman dans le Rif, et l’association Izuran dans l’Anti-Atlas.

6) La création d’un comité préparatoire qui s’occupera du déroulement du deuxième congrès que la fédération compte organiser vers la fin de cette année 2016.

7) La condamnation de toute forme de terrorisme que les peuples subissent dans le monde entier.

8) Sa solidarité avec le peuple français concernant les dernières attaques dont est victime la ville de Nice.

9) Le comité suit avec inquiétude la réplique du gouvernement turc contre ceux qui sont soupçonnés d’avoir participé à la récente tentative de coup d’état. Nous souhaitons que les mouvances des droits de l’homme privilégient le respect des droits de l’homme et des peuples à toute autre approche.

10) le conseil fédéral rejette toutes les actions qui visent à transformer le pays des Amazighs en une grande déchetterie du monde.

11) Le conseil fédéral de la fédération des associations amazighes rappelle à toutes les instances nationales et internationales que ces composantes associatives tiennent à toutes les revendications du mouvement amazigh. Il déclare que le caractère officiel de la langue amazighe est encore en cours d’application. Il appelle tous les acteurs civils et associatifs, toutes les communes, les personnes physiques, les institutions et les sociétés à s’inscrire collectivement dans ce grand projet national.

Signé : Le Conseil fédéral FNAA.
  

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici