L’Algérie, otage de son histoire confisquée

4
commémoration

ALGERIE (Tamurt) – Plus d’un demi-siècle est passé depuis la pseudo-indépendance de l’Algérie, le peuple algérien, et en particulier la génération montante, est privé d’un droit inaliénable, celui de connaître son Histoire, la vraie. 

Recroquevillés autour d’une histoire taillée sur mesure, les maitres du sérail en Algérie entretiennent un amour charnel à tout ce qui a trait à la guerre d’Algérie, se lovant à des dates historiques devenues plutôt un fardeau pour des millions de jeunes gavés à satiété par des slogans à crever les tympans. Revoilà le 20 août, une date qui sonne le tocsin pour la Kabylie, dont les soubassements de la plate-forme de la Soummam sont hypothéqués pour sauvegarder une Algérie « désunie » quitte à sacrifier les Kabyles. Une immolation pour laquelle des Kabyles ont rejoint l’axe du mal sans qu’ils ne se rendent compte.

Les contradictions et les tabous enchevêtrent les historiens, s’il en reste, de travailler objectivement pour tirer au clair une histoire émaillée et aux mille secrets. Les historiettes et autres faits élogieux de certains « hérauts » de la guerre de libération, ou plutôt « guerre d’hibernation », car les racines du mal naquirent durant cette période fatidique de l’histoire de l’Algérie. La famille révolutionnaire et ses ramifications ont envahi tout l’espace pour que rien n’échappe à leurs yeux, en sus, ce sont de véritables « gardiens du temple ». Servir et ne pas servir, une devise qui ne quitte pas le marché émotionnel de ces faux révolutionnaires, fictionnels et irrationnels.

Le bal des officiels et autres charlatans de l’histoire paradent comme des cerbères lors des célébrations et commémorations des dates symboliques comme le 1er novembre, 5 juillet, 20 août…des dates qui n’ont de symboles qu’aux yeux de ceux qui tire profit de la vache laitière qu’est l’Algérie. Une histoire, soumise à l’étouffoir de la pensée unique et au diktat des «théoriciens» du FLN. Maintenir vaille que vaille ce pseudo légitimité-révolutionnaire, et par ricochet, annihiler tout espoir de connaitre un jour sa véritable histoire. Mais que dalle ! La vérité finira par triompher pour démasquer les  imposteurs  et les bourreurs de crâne.

Les garde-fous démagogiques imposés solidement par le discours officiel, entretenus de surcroit, par des intellectuels arrimés à la cause algérianniste-algeriannisée.  La mainmise à grande échelle sur le sort de toute l’Algérie n’est pas un fait nouveau, d’autant plus que les calculs machiavéliques des architectes de la discorde et de l’acculturation n’ont jamais quitté le trône.   Le flou caractérisant de nombreuses étapes de l’Histoire de l’Algérie est maintenu à dessein d’abêtir et d’asservir les nouvelles générations. Le piètre niveau de l’opposition n’a pas permis de débusquer l’axe du mal afin de libérer définitivement l’esprit des Algériens du dogme patriotique et nationaliste.  La jeune génération au même titre celle qu’elles l’ont précédée est  victime d’une ignorance flagrante de leur passé. Le syndrome de Stockholm s’est incrusté dans les esprits pour ne les quitter plus.

Amnay

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici