Suite à un différent interne : L’église de Boudjima fermée

3
église kabyle

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Il a été décidé de fermer cette église afin d’éviter que la situation qui prévaut en son sein ne s’envenime. L’église du chef-lieu communal de Boudjima, localité située à vingt-deux kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, vient d’être officiellement fermée suite à une décision prise à l’unanimité par la communauté chrétienne protestante locale.

Cette mesure s’avère être un choix sage car un conflit interne entre un groupe de pratiquants, minoritaire certes mais nuisible d’après les témoignages de nombreux chrétiens qui ont l’habitude de fréquenter ce lieu de culte, risque de dégénérer à tout moment. Les chrétiens de la commune de Boudjima payent ainsi les frais d’un conflit provoqué par une poignée de personnes. Tout le monde regrette dans la région cette situation à laquelle personne ne s’est attendu et survient dans l’une des communes les plus tolérantes de Kabylie et les plus ouvertes sur le plan religieux.

La commune de Boudjima compte des centaines de chrétiens. Des familles entières ne cessent de se convertir au christianisme dans cette commune, l’une des rares aussi où, durant le mois de Ramadhan, les restaurants, les cafés et les bars restent ouverts durant la journée en dépit des persécutions de la part des représentants du pouvoir. Une seule fois, il y a cinq ans, un groupe de frères musulmans, étrangers à la région, a tenté d’intimider les non musulmans (chrétiens, athées, déistes et agnostiques) qui étaient en train de siroter des cafés dans la journée. Les intrus ont, immédiatement, été remis à leur place. Depuis, personne n’ose désormais se mêler des affaires internes et privées des citoyens de la commune de Boudjima.

Pour ces derniers, la religion est une affaire tellement personnelle qu’il serait indécent d’en parler en public. « Si quelqu’un est musulman et qu’il veut faire le carême, en quoi ça peut me regarder et vice versa. C’est entre lui et Dieu », souligne un chrétien protestant né et résidant depuis toujours dans cette région de la Kabylie. Le conflit au sein de l’église de Boudjima, ayant conduit à sa fermeture, a étonné plus d’un dans la localité et d’aucuns s’interrogent s’il ne s’agirait pas d’une conspiration.

Tahar Khellaf pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici