Y aura-t-il un CHU à Bougie ?

4
CHU Bgayet

BOUGIE (Tamurt) – Après une inscription, vieille d’une  décennie, qui n’a pas été suivie de concrétisation, le projet de réalisation  du centre hospitalo-universitaire de Bougie a failli être annulé faute d’assiette. Une commission ministérielle a été dépêchée à Bougie et elle avait décidé de l’implanter à Boukhelifa.  

Depuis le passage de ces cadres du ministère, rien  n’a été fait à cause de la sacro-sainte austérité du pouvoir central qui applique cette devise à Bougie mais n’en fait pas référence pour les projets des autres régions notamment celle chère au clan présidentiel, l’ouest algérien en l’occurrence où tous les projets ont été lancés.

La volonté des élus locaux et du directeur général du CHU, un enfant de la région de Kherrata, a forcé le wali à fouiner dans les archives et à faire des études de faisabilité pour convaincre le gouvernement à répondre favorablement à la demande des citoyens de la région.  Les nombreux immeubles vides, réalisés à Sidi Ali Lebher, localité où se trouve l’aéroport, et prévus pour y loger quelques administrations, ont attiré l’attention des autorités locales qui ont, illico, chargé un bureau d’étude pour voir la possibilité de rassembler ces locaux en une structure pouvant abriter le nouveau CHU.

En reliant ces bâtiments par des passerelles et en procédant à quelques aménagements, le bureau d’étude a présenté une situation qui permettra à  l’administration de réaliser ce projet  à moindre coût et en un temps record. C’est cette étude que le wali et le directeur général du CHU sont allés défendre auprès du premier ministre qui les a reçus pour la circonstance. Bougie attend la réponse  du gouvernement, le ministre de la santé et le premier ministre particulièrement, pour entamer les travaux.

 Amaynut

4 COMMENTAIRES

  1. Y-a rien à attendre d’un pouvoir colonial. Il n’y a que notre indépendance qui mettra fin à toutes ces tartufferies. Comment voulez vous qu’un pouvoir qui pue la haine du kabyle puisse se soucier de notre sort ? Il est, plus que jamais, temps que la jeunesse kabyle pense à construire elle même son avenir dans sa pleine et entière souveraineté. Nos ennemis jurés ne nous donneront jamais un oeuf sans nous prendre une poule. Est-ce clair ?

  2. Alors vous n’avez rien compris ? Le président du parti El Karma de Ben HAmou a déclaré sur le plateau des chaînes du pouvoir à savoir: تيزي وزو تأخرت علي تلمسان في التنمية ب 30%اذن علي وهران ب 100% و بجاية تاخرت90% علي تلمسان اذن علي وهران %200 pour les Aures le taux s’élève à 1000% à bon entendeur

  3. Ta derniere phrase, ay azrou n’bechar, est -helas- plus que vraie !
    ihi, chah deg’negh, akken is yenna unazur (medjahed hamid).
    un kabyle presque-resigne.

  4. Il existe des assiettes foncières pour bâtir des casernes militaires, des centre pénitentiaires et autres immeubles de plus en plus nombreux objet de spéculations et de calculs malsains. Par contre, pour construire un CHU et autres infrastructures d’utilité publique ils sont confrontés à un déficit de terrain. Ceci étant, soyons honnêtes et objectifs et osons montrer du doigts les empêcheurs de tourner en rond dans cette affaire et d’autres similaires. Si le pouvoir central a sa part de responsabilité qui reste à déterminer, il n’en demeure pas moins que les tous élus, les responsables, les  »notables » locaux s’il en existe encore et toute la population de la région sont tout autant comptables d’une telle situation. Par conséquent, au lieu à chaque fois d’incriminer le pouvoir, qui dit-on débloquait les budgets nécessaires, il faut désigner les véritables coupables qui agissent en sourdine comme de vrais saboteurs de leur propre région. Ce n’est d’ailleurs un secret pour personne. Il faut admettre que les premiers ennemis des habitants autochtones de la région sont eux-mêmes. Jamais la Kabylie ne se portera mieux tant que ses habitants continueront à nourrir la haine les uns envers les autres.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici