Les grèves se suivent et se ressemblent sans qu’aucune suite ne leur soit donnée

1
Grève dans l'éducation

BOUGIE (Tamurt) – Après avoir observé une grève de deux jours, le 17 et 18 octobre derniers, les travailleurs de l’éducation, de la santé et de l’administration locale, affiliés à l’intersyndicale, constituée d’une quinzaine de syndicats, ont récidivé, ce lundi et mardi, en observant une seconde grève de deux jours.

Les établissements scolaires, les mairies et les hôpitaux ont été partiellement paralysés par cette grève de protestation contre la suppression de la retraite anticipée, l’élaboration d’un code du travail sans consultation des partenaires sociaux et pour préserver le pouvoir d’achat qui ne cesse de se détériorer ces dernières années.

Par ailleurs, les travailleurs communaux prévoient, comme il est maintenant de coutume, de reprendre la protestation avec des grèves cycliques de trois jours par semaine à partir de ce mardi. Le statut du travailleur communal est la source de ce mécontentement général. En effet, les travailleurs des communes sont défavorisés par rapport aux autres secteurs de la fonction publique.

De leur côté, les enseignants du lycée de Chemini sont à leur troisième semaine de grève. Alors qu’ils exigeaient, initialement, l’amélioration de leurs conditions de travail par l’achèvement des travaux d’aménagement des salles de classe et la réalisation de sanitaires, ils passent, désormais, à la vitesse supérieure en demandant le départ du chef d’établissement.

Amaynut    

1 COMMENTAIRE

  1. pourquoi la kabylie doit continuer le combat pour arracher son independance. je vous donne un exemple si par exemple les etudiants d une universite kabyle decrete une greve peu importe la duree, le gouvernement arabe et raciste d alger va dire tant mieux nous detestons les kabyles et laissez les en greves on ne leur donnera pas leur droits et il vont rater des cours pour les affaiblir intelectuellement. la preuve l annee scolaire blanche en kabylie en 1994 le gouvernement corrompu n a jamais eu des soucis pour leur avenir il n a octroye aucune revendications au contraire il les as leuurre. alors mes chers confreres kabyle il n ya qu une seule voix de sortie de crise pour la kabylie c est l independance tanmirt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici