Un drame toujours présent dans les mémoires : L’affaire de la petite Nihal non élucidée

1
Nihal

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Plus de trois mois après sa survenue, l’affaire du drame de la petite fille Nihal Si Mohand est toujours non élucidée. Personne ne sait toujours pas ce qui s’est passé exactement en ce maudit et triste 21 juillet quand la fillette de cinq ans a été  d’abord portée disparue avant que des restes de son corps ne soient retrouvée deux semaines plus tard.

On ne sait toujours pas s’il s’agit d’un enlèvement suivi de meurtre ou si la fillette s’était égarée ou s’il s’agirait d’une tout autre version. Pourtant, lors de l’annonce du décès de la petite innocente, le Procureur près le Tribunal de Ouacif en charge de l’affaire, avait affirmé qu’une enquête avait déjà été enclenchée afin de déterminer aussi bien les circonstances de la disparition de Nihal que celles de sa mort. Les services en charge de l’enquête ont même auditionné plusieurs voire des dizaines de personnes qui peuvent apporter des informations utiles à même de tirer au clair les dessous de ce drame ayant endeuillé toute la Kabylie.

Depuis l’enterrement de Nihal dans le cimetière de la ville d’Oran en présence de milliers de citoyens indignés par cet acte abject et inhumain, les autorités concernées n’ont plus donné signe de vie afin d’éclairer aussi bien l’opinion publique sur cet épisode macabre que les parents de Nihal et les membres de sa famille. Pour l’instant, le mystère absolu entoure cette affaire inédite dans les annales de l’histoire de la Kabylie.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici