Dans son nouveau roman : L’écrivain algérien Salim Bachi critique l’idéologie islamique

3
Roman

CULTURE (Tamurt) – « Dieu, Allah, moi et les autres », c’est le titre du nouveau roman du talentueux écrivain algérien Salim Bachi. Ce nouveau roman de l’écrivain algérien sortira le 3 janvier prochain aux éditions Gallimard à Paris.

Il s’agit d’un roman où l’auteur met à nu de nombreux aspects néfastes et destructeurs de l’idéologie islamique, basée sur l’endoctrinement et  l’aveuglement intellectuel. « Comme tous les gamins d’Algérie, je vivais dans la crainte de ne pas être assez bon pour échapper au châtiment du Grand Méchant Allah. À l’école non plus, je n’échappais pas à la question. En classe, nous apprenions l’arabe en récitant le Coran. Pour lire le Coran, il fallait connaître l’arabe et pour connaître l’arabe, le Coran… un cercle arabo-islamo-vicieux », se souvient le romancier Salim Bachi. Ce dernier enchaine son témoignage en ajoutant :  » Je n’y entendais bientôt plus rien, ni à l’arabe ni au Coran… alors je recevais des coups de règle sur les doigts parce que je m’étais trompé pendant ma récitation de la sourate qui nous promettait l’enfer, elles nous le promettaient toutes. Je ne sais combien de fois reviennent les mots Djahanem et châtiment dans le Coran, mais c’est impressionnant. Tout le Livre tourne autour de ces deux mots : enfer et damnation ».

Selon l’éditeur de Salim Bachi, le récit de ce dernier est celui d’une libération, celle de l’auteur. « Celui-ci finira par rejeter la religion de ses ancêtres, l’islam, se détachera de la nation où il est né et refusera tous les endoctrinements pour trouver refuge dans les livres et la littérature », ajoute-t-on. Salim Bachi a déjà publié un roman sur la vie du Prophète Mohamed intitulé « Le silence de Mahomet ».

Tahar Khellaf

3 COMMENTAIRES

  1. L’idéologie est la science de la pensée.
    L’islam n’est pas une pensée, c’est une révélation.
    comparer la pensée humaine à la révélation, c’est comparer la médecine aux actes du prophète Jésus que la paix soit sur lui, la médecine ne ressuscite pas les morts, ne fait pas marcher sur l’eau.

    On compare des choses du meme genre.

    Merci

  2. Le terrorisme au nom de l’islam date de 14 siècles,

    1. la 1ère victime est le prophète Mahomet lui même, selon les historiens, il a été victime d’un acte terroriste perpétré par ses femmes AÏCHA et HAFSA avec la complicité de leurs Pères respectifs « ABU BAKR » et « OMAR ».
    2. La 2ème victime est la fille du prophète Fatima E-.ZOHRA, victime d’un attentat terroriste commis par OMAR, alors qu’elle était enceinte de son troisième fils MOHSSEN.
    3. La 3ème victime est le gendre du prophète ALI assassiné en plein prière du SOBH par ABDERRAHMANE IBN MULJIM.
    4. La 4ème victime est le petit fils du prophète HASSEN empoisonné par sa propre femme sous les ordres de MUAAWIYA.
    5. La 5ème victime du terrorisme islamiste est l’autre petit fils du prophète HUSSEIN, égorgé à KARBALA en présence des membres de sa famille, sa tête a fait le tour de la ville de DAMAS, puis vendue aux enchères par YAZID IBN MUAAWIYA……., la liste est longue……………………………… !

    Les OUMEYADES (qui ont inspiré MUHAMMED ABDELWAHAB père du Wahhabisme) sont les premiers qui ont institutionnalisé le terrorisme islamiste.

    Parmi les terroristes notoires des OUMEYADES, il y-a OKBA IBNU NAFAA envoyé par YAZID IBN- MUAAWIYA en Afrique du Nord pour massacrer les AMAZIGHS au nom de l’islam.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici