Le maire et deux membres du mouvement associatif d’Oued Ghir harcelés par la justice

5

BOUGIE (Tamurt) – Bien qu’il soit parti et remplacé par un autre, l’ancien wali continue à faire parler de lui. Cette fois, c’est le maire d’Oued Ghir et deux membres du mouvement associatif de la même localité qui ont été convoqués par le tribunal de Kherrata suite à une ancienne plainte de l’ex-wali Ouled Salah Zitouni.

Lors de la protestation des habitants de la commune d’Oued Ghir, en avril dernier, pour exiger la fermeture du centre d’enfouissement technique, de Sidi Boudrahem, ainsi que sa délocalisation, le maire avait appelé la population à un rassemblement, certainement, pour calmer les esprits. Mais pour le wali de l’époque, c’est une manière d’inciter sa population à un attroupement illégal.

C’est justement pour ce grief, que l’édile communal a été entendu par la police avant qu’il ne soit convoqué par le tribunal de Kherrata pour éviter qu’il ne soit jugé dans la juridiction où il exerce, le tribunal de Bougie en l’occurrence. Il a été entendu, une première fois, par le juge d’instruction qui avait classé l’affaire avant que le procureur ne revienne à la charge. Une autre manière de confirmer la thèse selon laquelle les élus locaux doivent se soumettre aux commis désignés par l’état faute de quoi, ils auront, tôt ou tard, des démêlés avec la justice.

Amaynut pour Tamurt  

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici