Le fondateur du judo à Aokas a tiré sa révérence

0

AOKAS (Tamurt) – Le père fondateur du Judo à Aokas, Maître Kessout Ahmed, ceinture noire 3e Dan, a tiré sa révérence, le mardi soir, après un ultime combat, mais cette fois pas contre un autre judoka mais contre la maladie qui le rongeait depuis quelques mois. 

Décédé à l’âge de 72 ans, Ahmed Kessout a commencé à pratiquer le judo en 1965, c’est-à-dire à l’âge de 20 ans, à Fontenay-sous-Bois, dans la région parisienne où il est allé travailler. C’est par pur hasard que sa rencontre avec cette discipline a eu lieu. Maître Michel Favelas, 6e dan entraîneur de l’équipe de la localité a pesé de tout son poids pour convaincre le jeune athlétique Ahmed à rejoindre son groupe pour s’initier à cette discipline qu’il vient de découvrir.

L’aventure durera plusieurs années qui l’ont vu s’emparer plus tard de plusieurs titres et coupes. Il décrochera la ceinture noire première Dan quatre années plus tard, pour accéder à la deuxième Dan en 1971 et à la 3e Dan en 1974. Une année plus tard, il rentre au pays et crée la première section de Judo à Aokas. Depuis le judo occupe une grande place dans le cœur des littoraux d’Aokas. À Aokas, hormis le sport roi, le foot ball en l’occurrence, ce sont le judo et le volley qui sont appréciés. Le défunt Ahmed Kessout y est pour beaucoup dans l’engouement des jeunes à la pratique de cette discipline.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici