Grève à l’école hôtelière de Tizi Ouzou

0
INHT TIZI WEZZU

TIZI-OUZOU (Tamurt) – A partir du 6 février prochain, les travailleurs de l’école hôtelière de Tizi-Ouzou (Institut national d’Hôtellerie et de Tourisme-INHT) observeront une grève qui durera trois jours, a-t-on appris. La décision d’observer ce débrayage a été prise par la section syndicale locale de l’Union générale des travailleurs algériens qui dit avoir épuisé toutes les voix de régler le conflit sans être obligé de paralyser  l’établissement.

Les membres de la section syndicale UGTA de l’INHT ont pris cette décision radicale après la tenue d’une assemblée générale, au cours de laquelle, il a été constaté que leurs maintes interpellations sont restées vaines, indique-t-on. C’est pourquoi, observer la grève leur est paru la seule alternative possible afin de tenter de se faire entendre. Dans une déclaration, rendue publique par ladite section syndicale, cette dernière évoque l’absence de prise en charge de leur plate-forme de revendications ainsi que l’absence totale de réaction de la part de la direction de l’institut qui observe un mutisme prolongé quant aux préoccupations socioprofessionnelles exprimées par les employés. Ce qui est exigé par ces derniers, actuellement,  n’est rien d’autre qu’une commission d’enquête concernant la répartition des bénéfices provenant des revenus des opérations hors budget. Les concernés demandent aussi que justice soit rendu aux travailleurs ayant été lésés plus d’une fois par la direction.

Enfin, les grévistes déplorent et dénoncent l’entrave à l’exercice du droit syndical, le harcèlement et la pression morale qu’ils subissent de la part du directeur de l’institut. Des pressions dont sont victimes aussi bien les représentants syndicaux que certains travailleurs. On dénonce aussi l’absence de réponse quant à la tenue de réunions périodiques dans le but de débattre de la plateforme de revendications des travailleurs.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici