Ould Ali El Hadi s’en prend à Raouraoua

9

ALGÉRIE (Tamurt) – La mission d’El Hadi Ould Ali à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports commence à se préciser. Cette sortie médiatique d’El Hadi Ould Ali, pour le moins surprenante, implique plusieurs questionnements. En effet, El Hadi Ould Ali a clairement désavoué le très puissant Président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua.

Pis encore, il a même pris la défense des journalistes et des hommes de football algérien qui ont émis des critiques sévères à l’encontre de Raouraoua, rendu premier responsable de la débâcle de l’équipe nationale algérienne de football à la Coupe d’Afrique des Nations-2017. El Hadi Ould Ali a également affirmé que, s’il était à la place de Raouraoua, il aurait déposé sa démission suite à ce scandale. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a, en outre, dénoncé aussi le fait que Raouraoua n’ait pas jugé utile de présenter des excuses au peuple algérien après ce qui s’est passé. Le procès d’Ould Ali contre Raouraoua ne s’arrête pas là. Il  a même pris la défense du journaliste Mustapha Mazouzi, insulté par Raouaraoua en usant du terme kabyle comme si le fait d’être un kabyle était synonyme de criminel. De même que Ould Ali, dont tout le monde sait, qu’en dépit de son statut de ministre, il ne détient absolument aucun pouvoir, a contredit Raouraoua en affirmant que le ministère a mis à la disposition de la Fédération d’énormes moyens financiers, notamment pour la préparation de la CAN du Gabon.

Quand on n’ignore pas qu’Ould Ali ne peut pas tenir de tels propos sur sa propre initiative, on comprend vite que ce sont ses parrains qui lui ont ordonné d’effectuer cette sortie médiatique qui est loin d’être anodine. La question qui reste posée : Pourquoi a-t-on décidé de lâcher Raouaraoua maintenant ? Quant à Ould Ali, la preuve si besoin est,  qu’il n’a de ministre que le nom, c’est le fait qu’il ne peut même pas limoger Raouraoua que tout le peuple a dans l’œil du cyclone. Pourtant, il est son premier responsable direct.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici