A quoi joue le fils du grand écrivain ? Ali Feraoun va surveiller les élections

0
KABYLIE (Tamurt) – Le fils du grand romancier francophone kabyle, Mouloud Feraoun, vient d’être installé officiellement en tant que membre de la « Haute instance indépendante de surveillance des élections législatives algériennes (HIISE) ». La nouvelle est tombée telle un couperet dans toute la Kabylie car il s’agit là d’une caution de la part de Ali Feraoun à un événement politique et à un pouvoir fortement contesté en pays kabyle.
La cérémonie officielle de l’installation de Ali Feraoun au sein de cette instance, chargée de dire « que tout s’est déroulé dans la transparence absolue le 4 mai 2017 » s’est déroulée mardi. Il s’agit là d’un choix mystérieux de la part du fils d’un écrivain, non seulement talentueux, mais aussi d’un  auteur libre qui n’a jamais accepté de remettre en cause son autonomie vis à vis de toutes les parties. Mouloud Feraoun est connu pour être un écrivain qui a toujours refusé la compromission. C’était également un homme aux positions tranchées dans ses romans, surtout dans son célèbre Journal.
Pourquoi alors le fils de l’enfant prodige de Tizi Hibel se croit-il obligé de s’impliquer dans ce genre d’événements  même au risque de s’inscrire totalement en porte à faux avec les convictions personnelles de son père qui appartient à tous ses lecteurs et non seulement à lui. Il y a même lieu de se demander quelle sera la contre partie d’une telle compromission ? Malheureusement, Ali Feraoun n’est pas le seul proche d’un symbole kabyle à s’adonner à ce jeu trouble.
On retrouve dans la même commission des neveux du Colonel Ali Zamoum et des proches de l’architecte du congrès de la Soummam, Abane Ramdane. Pauvre Kabylie, « Tes ennemis de demain seront pires que ceux d’hier », pour paraphraser Mouloud Feraoun.
Tahar Khellaf 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici