À la veille de la campagne électorale : Les partis dans l’embarras à Tizi Ouzou

6
meeting à Tizi ouzou

TIZI OUZOU (Tamurt) – C’est la première fois que les partis politiques font face à une telle situation inédite à la veille d’une élection. En effet, les partis politiques font face à un véritable dilemme à quelques jours du coup d’envoi de la campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai prochain, notamment dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Il s’agit des énormes difficultés à mobiliser les citoyens dont on enregistre un désintérêt jamais égalé face à tel événement politique. Même des militants des formations politiques, en lice pour les législatives, ont subitement disparu de la scène, apprend-on, après que les listes des candidats soient préparées dans l’opacité absolue et imposées par des décideurs tapis dans l’ombre. C’est le cas du FFS, le RCD, le FLN et le RND. La situation est pire dans les rangs des petites formations politiques comme le MPA de Amara Benyounes. Les responsables de wilaya de ces partis multiplient les réunions, presque quotidiennes, dans le but de trouver comment convaincre au moins symboliquement, même une poignée de citoyens, lors de cette campagne, en vain.

Devant les expériences passées, et ce, depuis les élections législatives de 1997, les citoyens kabyles ont constaté que la seule chose qui intéresse les candidats aux législatives, c’est le salaire mirobolant (40 millions de centimes par mois, alors que le Smig en Algérie n’est que de 18 000 DA) auquel ils ont droit, le passeport diplomatique et les affaires qu’ils peuvent conclure une fois à l’APN. Quant aux intérêts du peuple, personne ne s’en soucie vraiment et c’est devenu un secret de polichinelle.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici