Benghebrit interdit les tenues Afghanes dans le écoles

1
école algérienne
école algérienne

ALGÉRIE (Tamurt) – De tous les ministres du régime colonial d’Alger, Benghebrit, ministre de l’éducation, est la seule à saluer pour ses initiatives ou au moins ses propositions et opinions concernant l’école. Elle vient d’annoncer à la presse algérienne que « désormais les tenues Afghanes sont strictement interdites dans tous les établissements scolaires », sans donner plus de précisions.

Benghebrit semble faire face aux pressions de intégristes. Elle a pris cette décision au moment où des directeurs de l’éducation imposent même les prières collectives dans des écoles primaires pour des enfants à peine âgés de 6 ans. La ministre, qui veut se défaire de l’arabe littéraire, s’illustre toujours par sa volonté de moderniser l’école algérienne  et privilégier le Français. Mais comme on dit, une hirondelle ne fait pas le printemps. Les tenues que portent  certaines jeunes filles et les garçons dans les lycées Algériens font peur.

Le Niqab  et le tenues Afghanes se propagent. Dans certaines régions arabophones, la plupart des filles sont dans obligation de porter le voile et les autres tenues islamiques.D’autres, en revanche, le portent volontairement. La situation est très préoccupante. On se demande si la décision de Benghebrit sera appliquée sur le terrain, lorsqu’on sait qu’elle fait face à des lobbys islamistes au sein du régime, mais aussi au sein même de son ministère.

Ravah Amokrane 

1 COMMENTAIRE

  1. C’est affligeant de lire des textes qui accordent une crédibilité à la ministre de l’éducation qui couvre des chefs d’établissements dans leur refus de la robe Kabyle, et leur interdiction de l’expression de conférenciers sur des thèmes en relation avec la Kabylie ou la Kabylité. On ne doit pas perdre la tête au point de faire d’une fidèle de bouteflika un rempart contre le salafisme ! La poudre aux yeux et rien que de la poudre aux yeux, voilà le programme de cette ministre qui ne va tarder à enfoncer un poignard dans le dos de notre langue maternelle à l’école : jusqu’à aujourd’hui notre langue Kabyle est enseignée en option, aucune matière scientifique (sciences ou histoire…) n’est enseignée en Kabyle même en plein coeur de la Kabylie. Notre langue, quand elle est enseignée, est réduite à des séances de lecture et d’écriture et ce depuis 20 ans !!! La ministre qui conduit cette politique anti-Kabyle et qui la défend est cette dame que certains veulent encenser et surtout avec laquelle ils veulent nous enfumer.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici