Élections législatives : Le boycott s’impose en Kabylie

1
Boycott

ALGERIE (Tamurt) – Presqu’une semaine après le démarrage de la campagne électorale pour l’élection des membres de l’assemblée algérienne,  rien n’indique que celle-ci aura lieu dans moins d’un mois en Kabylie maritime. Hormis quelques affiches placardées ça et là par le FLN et une liste d’Indépendants, d’ailleurs sitôt affichées sitôt déchirées par des mains citoyennes, ni le RCD, ni le FFS, les deux partis habituellement majoritaires dans la région ne sont visibles pour le moment.

Justement, la section RCD de la région d’Azzefoun vient de déclarer publiquement son boycott du scrutin prochain. Un militant que nous avons sollicité sur cette attitude insolite de sa formation politique caractérisée par un manque d’engouement flagrant,  nous apprend : «  La Kabylie du nord (Azzefoun, Iflissen, Tigzirt, Mizrana et Boudjima) est le dernier bastion du RCD, dans le reste de la Wilaya de Tizi-Ouzou, il a tendance à disparaitre. Dans cette région, le RCD  n’a pas de candidats pour la représenter.  Le clientélisme au sein du parti est instauré en règle pour la désignation des candidats. Le RCD est infecté par le syndrome du FLN. Pour cela, les militants de base refusent de s’impliquer dans cette mascarade. Ils refusent de moissonner pour d’autres ». Même son de cloche du côté du FFS qui voulait  placer le Maire en exercice d’Iflissen dans le peloton de tête mais qui se retrouve en fin de compte à la douzième place. Ce dernier est contraint de retirer sa candidature à la dernière minute pour protester contre le choix de la direction nationale du plus vieux parti d’opposition qui a préféré exceller dans la parachutage et le népotisme. Ce maire de la commune d’Iflissen, blessé dans son amour propre, ne fait que gérer  depuis les affaires courantes d’une commune déjà exsangue, livrée aux comités de villages qui se bousculent alternativement pour sa fermeture.

La mandature actuelle a vu le siège de l’APC fermé par les citoyens une trentaine de fois pour diverses raisons. A Tigzirt, chef-lieu de daïra, une guerre en sourdine ravage la structure du RCD en prévision de la confection de la  liste du parti pour les municipales à venir. Les appétits s’aiguisent à mesure que l’échéance approche.

Masslin 

1 COMMENTAIRE

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici