Le RPK dénonce l’arrestation du journaliste Djamel Alilat

24
Alilat Djamel

COMMUNIQUE (Tamurt) –  Djamel Alilat, journaliste à El Watan,  a fait l’objet d’une interpellation par les services de sécurité marocains, alors que celui-ci est  à Hoceima pour couvrir la contestation populaire qui secoue le RIF depuis des mois.

Le  Rassemblement Pour la Kabylie dénonce  cette arrestation et demande sa libération immédiate. Parce que c’est  leur mission, en premier lieu,  les  services diplomatiques algériens doivent engager les démarches appropriées pour un dénouement rapide de cette situation. Leur silence sur cet acte exige, en soit, une explication. Les atteintes récurrentes aux droits politiques et à la liberté d’expression par les régimes autoritaires  de l’Afrique du Nord constituent  un facteur de blocage pour l’émancipation des peuples. Pour le RPK, à l’instar de la Kabylie, c’est à travers la reconnaissance des droits communautaires que la région du RIF  peut réellement avoir des rapports apaisés avec l’Etat.

L’avenir de l’Afrique du Nord est dans ce mouvement de démocratisation qui vient, non pas des initiatives des Etats, mais de cette demande sociale forte au sein des régions. Le rassemblement  de toutes ces initiatives est devenu une urgence et un enjeu majeur. Ce n’est qu’en se solidarisant que  qu’on pourra aussi faire échec  à ces tentatives de brimer  la liberté de la presse.

Kabylie, le 29/05/2017
P/le Rassemblement Pour la Kabylie
Le Coordinateur
Hamou BOUMEDINE

24 COMMENTAIRES

  1. Alilat et Boumedine « RPK » ont le même employeur, à savoir les officines du régime. El Watan et le propagandiste AP ont été les premiers à lui ouvrir leurs colonnes. Ces deux journaux contrôlés par les ex du DRS et l’actuel Tartag ne tarissent pas d’éloges sur ce parti pour le faire mousser en Kabylie. Manque de pot, pour eux, les Kabyles ont été suffisamment mûre sur le plan politique pour ne pas recommencer une polémique genre RCD/FFS des années 1990. Il ne reste pour ce bonhomme que les communiqués pour exister. Une sorte de renvoi d’ascenseur. Ce journal, El Watan, qui n’a pas soufflé mot sur les bastonnades et la répression infamante qu’on subi nos jeunes étudiants et étudiantes à Tuvirett, veut couvrir bizarrement les événements du RIF. Ayez le courage de dénoncer et de couvrir les événements de Kabylie avant de chercher ceux de pays lointains.

    • On croit rêver ! l’agresseur devient la victime et bonjour la contradiction. Vous venez de calomnier le RPK comme d’habitude et vous dites que les Kabyles sont mûrs pour ne pas recommencer une polémique. Question insultes et invectives le MAK peut être déclaré comme grand vainqueur.

  2. Le pouvoir algérien veut punir le Maroc d’avoir contribué à poser sur la table de l’ONU, en plein conseil de sécurité de l’ONU faut il le souligner, le problème Kabyle. Les militants Kabyles sont reconnaissants à ceux qui contribuent à internationaliser la question Kabyle. Il n’ y a aucune contradiction à dire cela et à soutenir nos frères Amazighs du Rif dans leur lutte pour leurs droits légitimes. Pour les Kabyles, la Kabylie passe et passera avant tout, avant les intérêts de l’algérie coloniale. Ceux qui sont dans la contradiction sont ceux-là qui soutiennent l’indépendance du Polisario tout en la refusant pour la Kabylie, ce sont les mêmes qui versent des larmes de crocodiles sur nos frères Rifains alors qu’ils contribuent au black out sur la répression qui frappe les Kabyles. Les algérianistes qui veulent donner des gages au pouvoir arabo colonial algérien en se mettant sur sa ligne perdent toute crédibilité auprès des Kabyles. On n’est pas obligé de nous aligner sur la position de ce journaliste qui est celle du pouvoir colonial arabo algérien mais nous revendiquons pour lui la liberté d’expression.

    Qui peut croire qu’un journaliste algérien se déplace pour faire un reportage sur la répression que subissent les Amazighs ? Ces journalistes ne se déplacent même pas à Tizi pour voir le plus grand rassemblement d’Amazighs au Monde qui se déroule chaque année. La répression en Kabylie et le mouvement des Amazighs Kabyles n’est visiblement pas aussi intéressant que celui du Maroc. Même le 20 avril, ces journaux placent un tout petit filet de quelques lignes dans les pages intérieures de leur journaux quand ils ne peuvent pas complètement boycotter l’information, alors qu’ aujourd’hui on assiste à un déplacement au Maroc pour un reportage s’il vous plait ! On ne nous fera pas avaler des couleuvres, nous savons que les journalistes algériens sont contre la Kabylie, et ils n’hésitent pas à chevaucher les arguments du pouvoir, toute honte bue, pour casser le MAK. Dans leur traitement du MAK, ces journalistes ne se limitent pas à l’information mais expriment leur point de vue pour combattre notre mouvement, ils mettent de côté toute déontologie pour critiquer les cadres et les militants du MAK sans observer le respect dû aux victimes. Sans tenir compte de la représentativité du MAK en Kabylie, ils refusent de publier nos communiqués et font le silence sur toutes les activités du mouvement, ils refusent de rendre compte des actions du gouvernement provisoire Kabyle.

    Ceux qui font semblant de parler de liberté pour le journaliste sans parler du contexte veulent nous leurrent. Il faut tout dire et tout mettre sur la table : la liberté d’expression pour le journaliste bafoué et sa mission au profit du pouvoir colonial algérien. Ce n’est pas pour les beaux yeux des Amazighs rifains que le journaliste se démène, c’est contre le Maroc qui a soulevé la question Kabyle. Ceux qui soutiennent les Amazighs rifains sont premier lieu les militants Kabyles.

  3. Il faut reagir intelligeament a nos ennemis ! ils aiment leur doctrine de monter les uns sur les autres et spectaculaire comme un torro dans une corrida ! aucun ne souffle un mot tuvirett mm ces journalistes d’ el Watan ou les medias de Grine , la violence morale et physique sont la conscience Algerianiste aussi ils aiment plus de l’ huile au feux , mais n‘ empeche ces 2 freres ennemis s‘ assoit sur la mm table des pays 5 + 5 ou ceux de la defence , mais ils aiment ingerer les problemes des voisins pour faire oublier les leur au peuple.

  4. Ce journaliste n’a jamais rien écrit sur le combat que les militants du mak anavd et la répression dont ils font l’objet de la part des tyrans d’alger. Alors bien fait pour sa gueule. Une charité bien ordonnée commence par soi-même. Avant d’aller enquêter à el hoceimia, il aurait fallu qu’il enquête et fasse des articles sur ce que subissent les militants kabyles du mak.

  5. Votre commentaire est en attente de modération.
    ha ha ha , elle est bonne celle-la !! Tous les jours des MAKistes Kabyles comme eux se font arreter et le RPK ulac awal. et voila qu´il condamne L´ARRESTATION d´un « journaliste » qui « travaille » dans un « journal » qui n´est meme pas foutu de se deplacer á Tuvirett pour couvrir la repression qu´a souffert le MAK, ni meme aller à Tizi ou Vgayet le 20 avril.
    Ni ce rpk ni ce « journaliste », ni d´ailleurs son journal ne disent ,mot sur tant de simples conferences qui se font interdire et voila qui`ils se preocuppent du RIF. Vive le RIF et vive la kABYLIE Independante.
    Toutefois , c´est bon de savoir que ce rpk est toujours « vivant » !

  6. ha ha ha , elle est bonne celle-la !! Tous les jours des MAKistes Kabyles comme eux se font arreter et le RPK ulac awal. et voila qu´il condamne un « journaliste » qui « travaille » dans un « journal » qui n´est meme pas foutu de se deplacer á Tuvirett pour couvrir la repression qu´a souffert le MAK, ni meme aller à Tizi ou Vgayet le 20 avril.
    Ni ce rpk ni ce « journaliste », ni d´ailleurs son journal ne disent ,mot sur tant de simples conferences qui se font interdire et voila qui`ils se preocuppent du RIF. Vive le RIF et vive la kABYLIE Independante.
    Toutefois , c´est bon de savoir que ce rpk est toujours « vivant » !

  7. Bien fait pour sa gueule, il est fort à parier que ce type était en mission au Maroc pour le compte des services Algériens sous couvert de journalisme. Comment se fait que son canard « boiteux » employeur ne l’ai pas envoyé en mission pour couvrir les évènements récents de Bouira ou ceux bien avant de Ghardaia. Par ailleurs, quand on aime pas quelqu’un on ne s’invite pas chez lui, c’est la moindre des corrections. Ces gens n’ont aucune dignité.

  8. Quelle article ariless , quelle replique ! Chapeau bas .
    Nos freres du Rif comme nous kabyles sommes vectimes d’une cohalition de coyotes blancs et colores.

  9. Donald Trump est un excité des tweets, nous nous avons dans l’algérie plurielle (dis) M. Boumedienne qui est un excité des communiqué en pondant un dés que l’actualité l’oblige. C’est la stratégie de la grenouille qui régulièrement saute sur elle même en faisant « crowa crowa » pour montrer aux autres qu’elle est toujours vivante.
    C’est bien de se soucier des journalistes algériens qui se font arrêter au Maroc alors qu’ils ne respectent pas les lois de ce pays, mais je n’ai pas entendu ce monsieur s’indigner des simples militants amazigh du Maroc, de Lybie et d’ailleurs qui veulent venir en Kabylie et que le pouvoir corrompu et illégitime tel que le qualifie même ce monsieur humilie ou renvoie à l’aéroport d’alger pour empêcher toute fraternité entre peuples amazighes. Je n’ai pas vu non plus de communiqué de ce monsieur quand des journalistes croupissent ou meurent dans les geôles algériennes sans procès et sans justice. Je n’ai vu non plus de communiqué de part de ce monsieur pour dénoncer le procès politique ignoble de l’état algérien contre un grand militant du Mzab, à savoir le docteur Fekhar. Et puis cerise sur le gâteau, notre excité des communiqués qui donne la démarche à suivre à l’état algérien qu’il qualifie d’illégitime pour faire libérer ce journaliste algérien comme s’il se voyait déjà dans le fauteuil de la future diplomatie kabyle sous tutelle algérienne!
    Pour ceux qui ne l’on pas encore compris M. Boumedine a pondu son communiqué, voyant que le communiqué du MAK qu’algériepseudopatrique attendait avec célérité pour dénoncer le Makhzen et lui faire croire que le peuple kabyle est contre lui, espérant ainsi couper court à toute velléité du Maroc a poursuivre sa politique d’internationalisation de la question kabyle à l’ONU.
    Nul n’est dupe et certainement pas nous, les Amazighs de Kabylie et du Rif qui regardons amusés les deux régimes arabistes s’intéresser et mettre enfin de l’argent pour développement des mouvements d’opposition amazigh! C’est quand même mieux de voir nos frères du Rif profiter un peu de rente pétrolière algérienne plutôt que les tribus bédouines du polisario ! Comme quoi tout fini par arriver!

    • Ca ne vous fatigue pas de raconter n’importe quoi ? D’abord arrêtez de viser la personne de Hamou Boumedine, il est le porte parole du RPK, OK ?. Je sais bien qu’au MAK , vous n’avez pas l’habitude car vous êtes considérés comme des soldats sous l’ordre d’une seule personne qui décide pour vous et qui veut même le faire pour tous les Kabyles Puisque vous suivez les déclarations « excitées » de ce mouvement (eh oui un mouvement politique se doit de suivre l’actualité qui est excitée depuis quelques mois) vous osez proférer qu’il n’y pas eu de condamnation de la détention du docteur Fekhar et d’autres détenus et d’arrestations y compris les votres !

      • Avant de commencer les insultes des gens du MAK tu devrais tourner trois fois ta langue dans ta bouche. Nous sommes au garde à vous devant Mas Aselway et nous sommes fières. Nous avons au moins le courage de nos idées et de sortir dans la rue pour défendre nos droits, chez nous en Kabylie. Vous vous pouvez toujours aboyer, pour faire semblant d’exister et justifier votre rétribution par vos mentors du régime que vous défendez en sous main. Vous êtes une honte pour la Kabylie. J’aurais honte d’être médiatisé par le torchon AP, propriété des rejetons des criminels qui ont ordonné l’assassinat des meilleurs de nos enfantset de nos hommes.Un peu d’humilité. Vous inquiétez pas, le temps est un bavard qui finit par tout révéler sans qu’on lui demande rien. Proverbe des anciens grecques.

        • Prouvez ce que vous dites sinon cela s’appelle de la diffamation, seule réponse que vous avez pour traiter ceux qui ne suivent pas votre ligne et c’est cela qui fait honte à la Kabylie . Je rappelle que le papier AP était aussi insultant que vos commentaires. Là où vous avez raison, c’est de dire qu’un jour ou l’autre, tout se révèle et c’est ce qui vient de se passer avec la révolte du Rif en montrant qui est inféodé à un Etat arabo musulman.

  10. Azul,

    La girouette hamou boumedienne et son journaliste djamel alilat OU ÉTIEZ VOUS quand nos frères et sœurs Leqvayel se fessaient tabasser dans les locaux de cette anegerie plurielle dictatoriale.
    Comme ont dit « balaie devant chez toi avant de balayer devant chez les autres ».
    rpk et tamurt.info les absents ont toujours tort.

    • Et toi Etat Aq. tu étais où ? devant ton ordinateur en train d’insulter tout le monde et pleurer après du manque de soutien ? Le RPK a fait oeuvre de noblesse kabyle et devrait être remercié car malgré les calomnies et les insultes, c’est la seule organisation à condamner les arrestations et exiger la libération. C’est vrai que le MAK question réaction a été efficace puisqu’li a appelé l’ONU… Et question girouette, c’est bien toi qui un jour encense un groupe amazigh, un autre jour occulte un autre, non ?

      • Vous réagissez tellement vite que vous dites n’importe quoi : vous parlez de la réaction du MAK comme si ceux qui étaient sur le terrain étaient des martiens ! Mais pour votre gouverne, le MAK ce sont ces militants qui ont subi la répression dont il est question à Tuviret. D’autre part, le MAK ne va se plaindre au pouvoir colonial arabo algérien de cette répression dont il est la victime (iwtiyi urumi ad cetkigh igmas …). Il est plus crédible d’en appeler à l’opinion internationale et aux organisations internationales et étrangères et même l’ONU, plutôt que de faire le naif comme celui qui en appelle au pouvoir algérien pour protéger le journaliste arrêté au Maroc. Un conseil, arrêtez de vous en prendre au MAK à chaque fois que vous lisez un message d’un internaute. Le MAK est sur le terrain, sur le front, il subit la répression, les arrestations, les coups, les tortures, et même la fermeture des locaux commerciaux de ses militants dont le pouvoir colonial veut affamer les familles et les proches. Rappelons que les militants du MAK sont écartés par ce pouvoir de toutes les emplois publics auxquels ils ont pourtant les compétences comme tous les autres citoyens. Le MAK travaille dignement pour maintenir très haut le nom de la Kabylie, pour qu’on ne dise pas que la Kabylie est synonyme de lâcheté. Le MAK défend ta mère et ton père. Ces milliers de jeunes qui descendent dans les rues poitrines nues face aux sbires du pouvoir colonial algérien sont le MAK. Ceux qui comme vous insultent ces courageux militants qui prennent tous les risques en les traitant de suivistes (ou à l’ordre d’une seule personne comme vous le dites vulgairement) ou de je ne sais quoi doivent prendre leur responsabilité, l’anonymat ne durera pas éternellement.

        • ces milliers de jeunes voire très jeunes qui prennent tous les risques, oui , pendant que ceux qui donnent les ordres sont installés dans les capitales occidentales, n’est ce pas Baql ?

          • Ces milliers de jeunes ne reçoivent pas d’ordre, personne ne les obligé à part leur Honneur. Ceux qui n’en ont pas ne peuvent pas comprendre que des jeunes préfèrent lutter dans la dignité plutôt que de se soumettre à l’algérie coloniale comme ceux qui se prostituent dans l’assemblée algérienne pour une rente contre les intérêts de leur peuple. Quand on n’a pas d’idéal, on ne peut d’imaginer que des jeunes choisissent la lutte plutôt que de se mettre à plat ventre. Il vous est donc si difficile de comprendre que ces jeunes ne veulent pas vivre à plat ventre et qu’ils n’ont pas besoin de recevoir d’ordre pour cela. Wach bihoum les jeunes Kabyles maa lhoukouma ?? C’est en une phrase ce que pensez.

          • @Oufella Oui on connait la chanson..installé dans les capitales occidentales… Ferhat Mehenni pour ne citer que lui a fait 7 fois de la prison dans les geôles algériennes, il a fait des points et fait face à l’armée coloniale dans les années 80 durant le printemps berbere, il a été personnellement menacé par le général Toufik, au point d’exécuter sa menace en faisant assassiner son fils par la sinistre sécurité militaire, il est quotidiennement harcelé et victime de sorte de saloperies colportés par de journaux infimes et des journaleux sans scrupule qui le matin se disent patriotes et le soir dépeucent et volent sans vergogne leur algérie &zizen! On ne devient pas un grand monsieur par hasard! Je ne sais si toi tu peux nous donner ton curriculum vitae pour savoir quel risque tu as pris dans ta vie pour la Kabylie ou le peuple kabyle, sachant que pour le moment tu es juste terré dans l’anonymat d’un sobriquet d’oufella!
            En revanche tout le monde connait le CV de M. Boumedine qui se plaint dés qu’on le désigne alors qu’il s’est lui même désigné porte porte parole de ce RPK machin et qu’on ne connait grand monde appartement à sa secte! s’il n’assume même pas ce rôle et pleurniche dés qu’on le cite, qu’en sera t-il le jour ou il sera confrontés à la gendarmerie algériennes comme le sont quotidiennement nos valeureux militants de la cause souverainiste kabye qui n’hésiter à défier ces hordes de soldats qui deviennent hystériques à la vue du drapeau kabyle et de l’hymne national patriotique, a moins qu’il croit naïvement qu’on va lui donner l’autonomie comme ça pour ses beaux yeux ?
            c’est sur on prend moins de risque et surtout on fait peser moins de risque à la junte militaire algérienne quand on passe son temps à communiquer, à communiquer et toujours communiquer et à croasser comme un grenouille en espérant désespéramment qu’une oreille distraite puisse entendre ce bruit.

          • Réponse à Baql : le sens de l’honneur consiste à combattre à l’avant de ses troupes, pas à l’arrière.
            Réponse à Ariless: si on a avancé politiquement, c’est grace à des militants qui ont ouvert la voie dont Ferhat Mehenni et Hamou Boumedine qui est d’une autre génération mais dont l’étude de son CV a du t’apprendre qu’il est l’auteur du premier « Appel au peuple kabyle » en pleine période sanglante et on doit respecter notre histoire et non la falsifier. Alors à chaque mensonge, il y aura une vérité de dite en réaction et s’il y a respect, il y aura du respect en retour, c’est simple.

  11. Article d el watan sur le sujet:

    «Votre confrère a été arrêté hier à 22h30 (la soirée du dimanche, ndlr) par la police marocaine à Nador», alerte en message privé, sur les réseaux sociaux, un citoyen algérien établi à Rabat. Cette personne est, en réalité, le premier contact qu’avait Djamel Alilat avant de se poser sur le sol Marocain où il était chargé par notre journal de couvrir les manifestations dans la région du Rif. Mais comment vérifier une information qui tombe à une heure tardive du deuxième jour du ramadan ? Notre contact prend l’initiative de nous mettre en lien avec les amis de notre confrère dont ceux qui l’ont accueilli la nuit du samedi à Rabat avant de gagner Nador où une action était prévue pour la nuit du dimanche.

    «Effectivement, Djamel a passé la nuit chez moi avant-hier (la nuit du samedi, ndlr). C’est moi-même qui l’ai mis en contact avec des militants rifains de la région du Nador. Il a été interpellé par la police en compagnie de l’un d’eux lors de la manifestation organisée dans la soirée d’hier dans cette région du nord», affirme notre source, de nationalité marocaine.

    L’information commence a être partagée sur les réseaux sociaux. Le directeur d’El Watan, Omar Belhouchet est avisé. Des confrères ont même pris l’initiative d’alerter le ministère des affaires étrangères. Il est 3h du matin. Tout semble être un simple contrôle de routine d’une police prise par la panique dans un contexte fragile marqué par des tensions après les événements d’El Hociema. De plus, il n’y a rien d’anormal dans des pays comme le Maroc ou l’Algérie, connus pour leurs régimes autoritaires, qu’une interpellation d’un journaliste étranger présent dans l’un des deux.

    Quelques minutes plus tard, les premiers papiers publiés dans des sites électroniques marocains tombent et rapportent des informations controversées. L’orientation du contenu de ces derniers nous a fait comprendre qu’il y a en réalité une volonté des autorités marocaines à donner un autre sens à la présence de notre confrère sur les lieux de la manifestation à Nador. Ces organes ont tous rapporté la même version des faits en se basant, comme ils l’ont indiqué, sur des informations délivrées, citons-le, par des sources sécuritaires marocaines.

    «Un journaliste du quotidien algérien El Watan a été interpellé en marge d’une manifestation, nous assure une source sur place. Il serait soupçonné d’inciter les habitants à manifester et pourrait subir une procédure d’expulsion. Des manifestants cités par notre confrère Goud.ma récusent pour leur part ces soupçons. Pour l’heure, nous ne disposons pas de plus d’informations sur cette affaire», rapporte le site du magazine marocain Telquel. Telquel a cité en fait deux organes, Goud.ma et Hespress. Le site Goud a précisé qu’un procureur général a demandé à enquêter sur notre journaliste.

    De son côté le site Hespress, qui dit avoir rapporté l’information des services de sécurité, livre plus de détails sur cette affaire : «des sources sécuritaires affirment que l’algérien interpellé lors de la manifestation de Nador a prétendu travailler au quotidien algérien, El Watan, et qu’il est dans le nord du Maroc dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. Ladite personne a ajouté qu’il n’a pas pu avoir l’accréditation du ministère de la communication marocain», rapporte le site. Et Hespress d’aggraver les faits : «selon les mêmes sources, la personne en question est mise directement sous garde à vue sur ordre du procureur général et ce dans le but, d’enquêter sur la nature de son travail, sur les objectifs de sa présence sur le sol marocain et les liens qu’il pouvait avoir avec les événements courants surtout qu’il s’est avéré qu’il crèche chez un militant rifain.»

    Mais il y a pire. Certains sites d’informations marocains ont, non seulement refuser de reconnaître la qualité de journaliste de notre confrère mais aussi ils ont carrément osé le qualifier d’«espion» et de «main étrangère». Très tôt le matin, toute la rédaction d’El Watan s’est réuni en présence du directeur de la publication, Omar Belhouchet. Ce dernier a pris contact avec les deux ministères, des affaires étrangères et de communication et avec plusieurs organisations locales et étrangères dont Reporters sans frontières. Jusque-là, la seule information que nous détenons, c’est celle qui a rapport avec le coup de téléphone passé à 5h du matin par Djamel Alilat à son ami marocain du Rabat. Selon ce dernier, «Djamel Alilat lui a demandé d’alerter l’ambassade d’Algérie au Maroc».

  12. Le site « algeriepatriotique » s’est fondu par un article sur le m.a.k , l’accusant d’etre a la solde du makhzen car l’agence siwel n’a pas couvert les evenements , on pourait extrapoler avec el watan et dire qu’il est d’accointance avec les anti makhzen donc avec ……

  13. je n’ai pas vu ce journaliste a Tubiret pour faire son reportage sur la repression qui est tombe sur les leaders Kabyles du coin.

  14. EXCUSEZ MOI MAIS DJAMEL A FAIT PREUVE UNE GRANDE IMMATURITE PROFESSIONNELLE EN MENTANT AUX AUTORITES MAROCAINE … CHEZ NOUS LES JOURNALISTES MAROCAINS SONT RENVOYES DES L AEROPORT H B … ET SI ON TROUVE EN KABYLIE EN PLEINE MANIF JE NE VOUS DIRAI CE QUI POURRA LEUR ARRIVER … AZUL

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici