Les Chaouis ont-ils abandonné le combat identitaire ?

20
contestation des chaouis

ALGÉRIE (Tamurt) – Les militants de la cause Amazighe Chaouie ont complètement déserté le terrain.  Aucune voix de protestation ne se manifeste de l’un des plus grands espaces berbérophones du nord Africain.  

Triste sort pour un pays qui était auparavant toujours à l’avant-garde des causes nobles. Alors que ça bouillonne dans plusieurs régions d’Afrique du nord, en Libye, Tataouine, au Rif, à Ghardaïa et en Kabylie, les Chaouis sont restés calmes. Personne ne bouge le petit doigt. La population Chaouie campe dans la résignation. Le Mouvement Autonome Chaoui, qui se manifeste timidement, ne fait pas le poids, faut-il le dire. Le régime Algérien a réussi définitivement à domestiquer les habitants d’Oum El Bouaghi,  Guelma, Batna, Khenchela, Souk Ahras, Biskra, etc. Ce qui laisse à comprendre que les Chaouis ont carrément abandonné leur combat identitaire. Ce n’est pas, en revanche,  l’avis de Ravah qui estime que les Chaouis « même si on ne les voit pas sur le champ politique, ils sont très actifs dans le domaine culturel ». Pour lui, le silence des Chaouis est loin d’être une capitulation. « Nous avions voté lors des dernières élections pour le FFS et le RCD, mais, comme de coutume, c’est le FLN qui gagne », regrette Ravah.  Une manière pour lui d’affirmer que c’est le régime qui isole la population Chaouïa.

Mais cette raison est loin de convaincre sur le retrait intriguant des Chaouis de la scène de la contestation. « A vrai dire, les Chaouis ne se sont jamais impliqués en masse dans le mouvement identitaire, hormis certains artistes et militants dont le nombre est très insignifiant par rapport à l’étendue du territoire Chaoui. Le « Boumediennisme » est très répandu dans cette région, et je pense que c’est l’idéologie de  ce dictateur  qui est la principale cause de la résignation des Chaouis », nous a expliqué Redouane, un militant du MAK installé à Constantine depuis son jeune âge et qui dit avoir connu plusieurs militants Chaouis qui ont déserté le terrain de la contestation.

Ravah Amokrane 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici