Aokas, Ait Ouabane, la Kabylie qui avance

4
Centre culturel d'Aokas

KABYLIE (Tamurt) – La population d’Aokas vient une fois de plus de donner une leçon magistrale au régime colonial qui a fait de l’anéantissement de la Kabylie une question de vie ou de mort. « Prenez l’argent et laissez-nous le savoir », ce slogan reflète à lui seul la grandeur des Aokassiens qui sont intraitables sur leur culture et leur identité kabyles.

A travers cette victoire de la mobilisation populaire, c’est la Kabylie unie qui a triomphé. Un exemple à méditer pour que le peuple kabyle retrouve sereinement ses ressorts et faire face aux menaces extérieures. Le village Ait Ouabane, dans la commune d’Akbil, a brillé en accueillant la 14ème édition du festival annuel Raconte-Arts (du 24 au 31 juillet). Comme à l’accoutumée, les habitants du village ont refoulé la gendarmerie algérienne. Ça ne peut qu’augurer des lendemains de liberté pour la Kabylie.

Sur un autre plan, le régime colonial algérien a bloqué l’accès aux sites kabyles d’obédience indépendantiste : Tamurt, siwel, K24. L’objectif recherché n’est rien d’autre que d’empêcher le peuple kabyle de s’informer et de se conscientiser davantage en faveur de son indépendance. Ni la répression, ni la diffamation, ni l’arabisation, ni la salafisation ne pourront altérer la marche de la nation kabyle vers le recouvrement de sa souveraineté.

Bouaziz Ait Chebib

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici