Les chrétiens kabyles s’indignent devant l’imposition des prières dans les écoles

6
Chrétiens de Kabylie

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Notre article sur les consignes du directeur de l’éducation de Tizi-Ouzou d’imposer les prières collectives dans les classes au niveau des établissements scolaires  a fait réagir certains membres de la communauté chrétienne kabyle. Ils n’ont pas évidemment caché leur indignation.

 » Nos enfants sont à l’école pour acquérir le savoir pas une religion. On n’est pas musulmans pour qu’on impose à nos enfants des prières à l’école. On ne veut même pas qu’on leur apprenne même notre religion le christianisme. On veut que nos enfants choisissent eux mêmes la religion qui leur convient une fois adultes. Si mes enfants veulent devenir musulmans, chrétiens, athées ou autres,  après l’âge de dix ans, je ne vois pas d’inconvénients, mais on n’impose pas une religion à un enfant de six ans. On leur apprend la mort avant la vie à l’école algérienne qui incite au terrorisme », nous a déclaré avec colère ce matin un chrétien de la région de Makouda. Le même sentiment est partagé par un bon nombre de chrétiens  kabyles.

La volonté du régime d’islamiser la Kabylie, en érigeant de grandes mosquées dans chaque village, suivie d’un système éducatif basé sur la haine et l’extrémisme religieux ne font qu’inquiéter la crainte en Kabylie, et y compris au sein de la communauté musulmane.  » Je suis musulman pratiquant et je suis contre le fait même qu’on enseigne l’islam à l’école. Nos grands parents n’ont jamais mis leurs pieds dans une école et ils sont les meilleurs musulmans au monde », nous fait remarquer un jeune de la ville de Tizi-Ouzou.

Ravah Amokrane 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici