Elections locales du 23 novembre, Les partis se déchirent à Tizi Ouzou

0

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Les partis politiques sont en pleine guerre intestine dans les quatre coins de la wilaya de Tizi-Ouzou où la confection des listes des candidats aux élections municipales du 23 novembre 2017 est en cours depuis quelques semaines.

Tout le monde semble vouloir être candidat et dans une bonne posture sur les listes, c’est la conclusion que l’on peut tirer au vu de l’intensité des animosités qui mine la majorité des partis comme le FFS, le RCD, le FLN et le RND. Si certains partis arrivent à garder au secret ces tiraillements en tentant de laver le linge sale en famille, il n’en demeure pas moins que dans la majorité des cas, ces conflits internes, purement motivés par l’opportunisme qui mine la pratique politique en Algérie, sont étalés au grand jour.

C’est ainsi qu’un bras de fer oppose depuis quelques temps le maire de Tadmait (commune sise à 20 kilomètres à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou) à son parti le RCD. Les décideurs du RCD ont refusé catégoriquement de le reconduire en tant que tête de liste pour les prochaines élections communales. Ce qui a poussé le concerné, non seulement à démissionner du RCD mais d’adhérer aussitôt au RND, le parti dirigé par Ahmed Ouyahia, et créé par le clan du Général Betchine, au milieu des années quatre-vingt-dix, avant d’être récupéré par le clan de Bouteflika.

A Mechtras aussi, ce sont pas moins de 60 militants du FLN qui menace de se retirer, si la Mouhafadha leur dénie le droit de dire leur mot dans la confection de la liste aux élections communales du 23 novembre. Au FLN, la guerre interne fait rage dans plusieurs bureaux communaux et même au niveau du bureau de wilaya.

Mais à l’instar des dernières élections législatives, le dernier mot reviendra aux décideurs de l’ombre représentés par le Mouhafedh et député inamovible Said Lakhdari. Des exemples, comme ceux du maire de Tadmait et les militants du FLN à Mechtras sont très nombreux. Ce qui démontre que, depuis le retrait de tous les militants sincères des partis politiques, surtout du RCD et du FFS, les formations politiques sont devenues de simples registres de commerce.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici