Le journaliste Touati Marzoug en grève de la faim

0
Merzoug-Touati-victime-de-la-justice-algérienne
Merzoug-Touati-victime-de-la-justice-algérienne

ALGÉRIE (Tamurt) – Le jeune journaliste et blogueur de Vgayet, Touati Marzoug, incarcéré par le régime d’Alger depuis le 18 janvier dernier à la prison d’El Khemis, a entamé sa troisième grève de la faim dans l’espoir d’obtenir sa libération.

L’information a été donnée par son avocat, maître Debouz, sur les colonnes du journal El Watan. Comme tout le monde le sait, le seul tort de Touati Merzoug est d’avoir communiqué sur les réseaux sociaux avec un citoyen de nationalité Israélienne. Une accusation qui n’est même pas fondée puisqu’on se demande en quoi porte atteinte au régime algérien une simple communication avec une personne étrangère? L’accusé risque jusqu’à 20 ans de prison ferme. L’ancien leader du MAK, Bouaziz Aït Chebib, à travers une déclaration rendue publique, a dénoncé son incarcération et a appelé à la mobilisation pour sauver ce jeune innocent des griffes du régime raciste d’Alger.

Un prisonnier politique qui semble livré à lui même. Les détenus politiques, kabyles et mozabites, sont toujours laissés pour compte. Les partis politiques, dits d’opposition, et les dizaines de ligues dites des droits de l’homme ne réagissent jamais. Il faut juste rappeler que le jeune Mohamed Baba Nedjar, militant du FFS mozabite, est derrière les barreaux depuis 2005. Un autre jeune opposant au régime qui paye les frais de ses positions politiques et surtout les frais de son attachement à ses origines Amazighes et sa langue Berbère.

Ravah Amokrane pour Tamurt 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici