La police coloniale accentue la surveillance des souverainistes kabyles

1
Police algérienne
Police algérienne

KABYLIE (Tamurt) – Bouaziz Aït Chebib HOcine Azem et Djanadi surveillés de près par la police politique. Tout le monde sait que les militants souverainistes kabyles sont surveillés par les services de sécurité, et plus particulièrement par la police politique coloniale.

Mais selon nos sources, et certains anciens cadres du MAK, les services de renseignements ont renforcé la surveillance de certains activistes souverainistes kabyles. A leur tête, Bouaziz Aït Chebib, Hocine Azem et Djennadi. « Ils sont surveillés dans leurs moindres gestes et dans leur vie quotidienne. Les services de sécurité gardent toujours un œil sur eux comme on surveille le lait sur le feu », nous confie notre source.  » les commissariats de polices et les Brigades de gendarmerie algériens en Kabylie ont été destinataires d’une instruction de surveiller un bon nombre de militants indépendantistes dans leurs vies quotidiennes. Selon mes informations, ( avocats), o m’a b el et bien dit que la tête de liste de ces personnes est Bouaziz Ait Chebib, le Second c’est Hocine Azem et le troisième c’est Farid Djennadi et d’autres militants de tous bords », nous confie un activiste souverainiste kabyle.

Une pression terrible est exercée constamment sur les militants indépendantistes kabyles. La montée en flèche du nationalisme en Kabylie fait trembler le régime en place. Mais les militants kabyles ne semblent même pas perturbés par ce genre d’intimidations auxquelles ils sont habitués au fil des années.

Ravah Amokrane pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici