Que cache le quiproquo présidence-Ksentini ?

0
Maître Ksentini Farouk

ALGÉRIE (Tamurt) – Officiellement, les droits de l’homme en Algérie, c’est l’avocat Farouk Ksentini. Ce dernier a annoncé, ces jours ci, avoir eu un entretien avec le président de la république algérienne, Abdelaziz Bouteflika. Quelques heures plus tard, la présidence de la république dément cette rencontre. Cela aurait pu paraitre comme un fait divers si ce n’était pas une personnalité officielle et une institution officielle qui déclarent deux choses différentes.

Pourtant ce Ksentini a été bel et bien reçu à la présidence de la république mais certainement pas par le même Bouteflika. C’est probablement le véritable décideur d’El Mouradia qui lui a ordonné de déclarer l’intention du président de briguer un cinquième mandat pour prendre le pouls de la population et, surtout, celui de l’armée. Une sorte de ballon de sonde dont le Feed back est très important pour l’actuel clan présidentiel.

Mais hélas pour lui, le clan présidentiel n’est pas seul aux commandes du bateau « Algérie ». Oui, un autre clan aurait ordonné, selon quelques sources proches du pouvoir, à la présidence de démentir cette information relative à un cinquième mandat e Bouteflika. Ce clan serait celui de l’armée dont le chef, octogénaire comme le président, serait tenté par l’idée de se présenter comme candidat en 2019. L’Algérie traverse une crise politique sans précédent et le pouvoir de décision est partagé entre, au moins, deux à trois clans.

Amaynut    

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici