Lahouari Addi : « Krim et Amirouche n’ont pas défendu Abane »

3
Les Kabyles qui ont libéré l'Algérie
Les Kabyles qui ont libéré l'Algérie

ALGERIE (TAMURT) – Le sociologue algérien et professeur à l’université de Lyon Lahouari Addi, auteur de nombreux livres et contributions dans des revues de haute facture, a révélé hier que Krim Belkacem et le Colonel Amirouche, qui était le chef de la Wilaya III historique, n’ont pas défendu Abane Ramdane contre les dirigeants du FLN/ALN qui le prenaient pour cible à l’époque.

Les zones d’ombre concernant la guerre d’indépendance algérienne ne cessent d’être levées progressivement par les historiens et les chercheurs qui se penchent sur ce sujet avec plus d’objectivité et d’audace mais il reste à savoir comment vérifier la véracité des faits relatées quand chaque auteur écrit sa version selon ses propres convictions politiques voire selon ses penchants idéologiques. L’histoire officielle de la guerre d’Algérie a été pendant des décennies falsifiée par les décideurs qui ont préféré la faire écrire à leur manière pour cacher toutes les zones d’ombre et toute vérité qui dérange. On a pendant longtemps attribué l’assassinat de Abane Ramdane à l’armée française alors que ce sont « ses frères » qui avaient décidé de mettre un terme à sa vie et qui l’ont exécuté à Tétouan au Maroc. Il a fallu plus de quarante ans pour que cette vérité fasse enfin presque l’unanimité et ne soit plus sujette à spéculation ou à une remise en cause.

Pour pouvoir arriver à une version la plus proche possible de la vérité concernant l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne, il faudrait qu’il y ait un maximum d’écrits de la part de vrais intellectuels. Lahouari Addi en est un. Mais il faut souligner que dans sa récente contribution rendue publique hier, Lahouari Addi ne semble pas être totalement objectif surtout quand il écrit par exemple que Abdelhamid Ibn Badis était favorable à l’identité et à la culture amazighe. Ou encore quand il écrit que le Ibn Badis n’était pas contre l’indépendance de l’Algérie. La position de Ibn Badis contre l’indépendance est pourtant un secret de polichinelle, un peu comme celle de Messali El Hadj d’ailleurs que d’aucuns n’hésite pas à qualifier de harki ou traitre aujourd’hui. Lahouari Addi dit pourtant le contraire. Un peu plus loin, Lahouari Addi écrit aussi ou plutôt révèle que : « Ni Krim Belkacem ni Amirouche, cadres dirigeants du PPA-MTLD, n’ont défendu Abane Ramdane contre les attaques de Boussouf, Bentobal, Ben Bella… « .

Lahouari Addi ajoute :  » Néanmoins, pris de remords, les populistes au pouvoir après 1962 ont donné le nom de Abane Ramdane à plusieurs grandes artères d’Oran, d’Alger, de Constantine, de Tizi Ouzou… ».

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici