Bejaïa, un chrétien risque la prison à Akbou

3
eglise_bouzeguene_en Kabylie
eglise_bouzeguene_en Kabylie

AKBOU (TAMURT) – L’acharnement du régime contre les chrétiens kabyles continue. Un citoyen de confession chrétienne de la région d’Akbou, département de Bgayet, Aït Ouali Amar, était présenté,  hier, devant le juge à cause de ses convictions religieuses. Il risque une peine de prison de 3 ans et une forte amende.

Il est accusé de pratique religieuse sans autorisation. Comme si prier ou pratiquer une religion autre que l’islam est soumis à autorisation des autorités. Désormais, les Kabyles n’ont même pas le droit de s’adresser à leur créateur. Étrange accusation. Les milliards de musulmans qui prient cinq fois par jour,  les mosquées et autres lieux de culte qui pillulent un peu partout dans le monde possèdent-ils une autorisation étatique pour prier ou s’adresser à leur Dieu?

Après la fermeture d’une église à Boudjima, dans le département de Tizi Ouzou, les autorités cible directement des chrétiens. Une pression terrible s’exerce sur eux. Les chrétiens kabyles sont victimes de persécutions permanentes. D’abord de la part de la justice, mais aussi souvent de la part des islamistes ou tout simplement de la société. Pourtant, ils pratiquent leur religion dans le clame voire dans la discrétion.

Nadir S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici