Tentatives de perturbation de la commémoration de la journée de la Nation kabyle à Marseille

8
Marseille, le 14 juin 2019
Marseille, le 14 juin 2019

MARSEILLE (TAMURT) – L’association Solidarité France-Kabylie (SFK), fidele à son habitude de commémoration de la journée de la nation kabyle, a organisé, hier, 15 juin 2019, à 15h, un rassemblement au vieux port. Une affluence record, plus de deux cent Marseillais avaient répondu à l’appel.

Les banderoles, les drapeaux, les panneaux portant des caricatures, des photos de Matoub de Fekhar, d’Ameziane Mehenni et des martyres du printemps noir ont été déployé. L’hymne nationale kabyle a été entonné au vieux port de Marseille, il a été suivi et chanté par le publique. Les responsable de l’association (SFK) et d’autres intervenants ont pris la parole pour rappeler les circonstances dans lesquelles les 128 jeunes kabyles ont été assassinés à la fleur de l’âge par la folie meurtrière du pouvoir algérien. Ils ont rappelé l’importance sur le plan historique de la marche du 14 juin 2001. Les assassinats de Matoub de Kamel Eddine Fekhar ont été aussi rappelés.

Quelques jeunes au nombre de trois ont tenté de perturbé cette célébration. Ils ont proféré des menaces de mort sur les responsables de l’association. Ils ont intimidé le public et ils ont essayé d’arracher les drapeaux amazighs et kabyles. Une dame présente dans le public a essuyé des insultes « le jeune en tee-shirt rouge m’a traité de sioniste et de p… ». Malgré ces tentatives de perturbations le public Franco-kabyle et les responsables de l’association se sont comportés avec dignité sans répondre à ces invectives. Ces individus intolérants animés par la haine envers la Kabylie et son peuple ont été écarté par la police appelée par les responsables de SFK.

Les noms et prénoms des 128 martyres kabyles du printemps noir, ont été lus par une responsable de l’association, elle a même rappelé la façon avec laquelle ils ont été assassiné. Arrivée au centième martyre, la lectrice émue s’est fondue en larme, elle n’a pas pu contenir ses émotions pour continuer à citer les 28 derniers. Entre les sanglots, elle ajouta « ils nous manquent ! ». l’émotion ayant gagnée le public, une minute de silence fut improvisée. Elle a été religieusement suivie.

Invité par les responsables de l’association, de nombreuses personnes du public ont intervenu pour s’exprimer librement. Le rassemblement a pris fin vers 18h30, après de nombreux chants poétiques de Matoub, Slimane Azem, Ferhat, Oulahlou, ideflaen et idir chantés par la chorale de l’association AFK13.

Yuva DAHDAH

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici