Ahmed Ouyahia accusé dans 6 graves affaires de corruption

Ahmed Ouyahia
Ahmed Ouyahia

ALGERIE (TAMURT) – Ahmed Ouyahia, ancien Premier ministre et secrétaire général du Rassemblement National Démocratique, parti au pouvoir et « deuxième » force politique en Algérie, dont on découvre actuellement une face de corrompu sans commune mesure dans les annales de l’histoire d’un chef de gouvernement dans le monde, a failli devenir le président de la République algérienne après Abdelaziz Bouteflika si…

En effet, jusqu’à l’ultime minute, un travail en profondeur dans les coulisses d’une partie du sérail était mené de manière acharnée afin de tenter d’imposer Ahmed Ouyahia comme successeur à Bouteflika. N’eut été le coup de force mené par l’état major de l’armée algérienne pour éjecter Abdelaziz Bouteflika et tout son clan, le même Ouyahia, trainé actuellement devant les tribunaux pour corruption et détournement de denier publics, aurait peut-être fini par devenir le président de tous les Algériens qui n’auraient rien su des frasques de celui qui s’adressait avec arrogance et mépris aux Algériens tout en leur déniant un minimum de dignité. Des sources officielles ont révélé hier que Ahmed Ouyahia comparaitra de nouveau devant la cour suprême jeudi prochain dans une autre affaire de corruption et de détournement de deniers publics et autres griefs.

Les mêmes sources ont indiqué que Ahmed Ouyahia est accusé dans pas moins de 6 gravissimes affaires de corruption du temps où il était Premier ministre. Il constituait l’un des maillons les plus forts de la bande de malfaiteurs que dirigeait Said Bouteflika au nom de son poste de responsabilité de l’époque à savoir : conseiller du Président de la république. Il s’agit de sommes faramineuses voire astronomiques et qu’aucun algérien ne peut imaginer qui ont fait l’objet de détournements par Ahmed Ouyahia et sa bande mafieuse. Même son fils en est impliqué. Il a été arrêté il y a quelques jours à la prison d’El Harrach, en compagnie de son père.

On se demande comment un Etat peut-il plonger autant que ça dans une corruption aussi généralisée à un si haut niveau de responsabilité. Ce qui se passe en Algérie actuellement ressemble à une véritable fiction qui aurait inspiré les plus grands auteurs du monde mais qui n’a été anticipée par aucun analyste, observateur, politologue ou journaliste algérien.

Tarik Haddouche