Algérie : la coupe d’Afrique remplace la « révolution »

7
Algérie CAN2019
Algérie CAN2019

ALGERIE (TAMURT) – Doucement mais sûrement, le pouvoir algérien est en train d’étouffer ce qu’on appelle la révolution citoyenne et pacifique du 22 février 2019. Tous les moyens financiers, humains et médiatiques ont été mobilisé par le pouvoir algérien pour détourner le regard des Algériens sur cette « révolution » et pour le braquer plutôt sur la coupe d’Afrique des Nations qui semble sourire cette fois-ci aux Verts.

D’ailleurs, dans la rue, dans les lieux publiques et les cafés maures, 99 % des sujets de discussion ont trait à la finale de la coupe d’Afrique des Nations qui se jouera demain en début de soirée. Quant à la fameuse révolution, elle relèverait désormais du passé. Il n’y a qu’à voir le nombre de plus en plus réduit de manifestants notamment lors du sit-in observé hier à Alger pour soutenir les porteurs de drapeaux berbères. Les médias, de leur côté, surtout les chaines de télévision, diffuse H24 des clips et des émissions spéciales vantant les mérites de l’équipe nationale algérienne de football et sur la CAN qui arrive à terme demain. Même le président de l’Etat algérien, dont le mandat d’intérim a expiré officiellement et selon la Constitution algérienne, le 9 juillet dernier sera présent au stade du Caire pour assister à la finale de cette CAN à l’instar des présidents égyptiens et sénégalais.

Bensalah, en dépit, des limites que lui impose son statut de président provisoire et non élu, s’est même permis de rendre publique une lettre de félicitations aux Algériens suite à la qualification de l’équipe de football algérienne en finale de la CAN. Ceci sans compter toutes les décisions qu’il a prises pour envoyer des milliers de supporters assister à la finale au Caire. C’est une manière comme une autre de tourner la page d’une révolution à laquelle malheureusement beaucoup de militants sincères avaient cru. Demain, les Algériens seront partagés entre une révolution aux relents de manipulations avérées et « un match de football grandiose dont le slogan est inspiré de cette même révolution : « Nerebhou-houm gaâ, nefarhou gaâ ».

Quant au changement de système, il faut attendre la prochaine révolution. Quand un autre clan, plus fort que celui d’aujourd’hui, décidera de faire sortir le peuple dans la rue. D’ici là, les détenus resteront en prison. Ou peut-être, ils seront libérés pour faire croire à une victoire pour les plus coriaces des manifestants.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici