Algérie : des vieillards pour gérer » une révolution de jeunes !

3
Hirak
Hirak

ALGERIE (TAMURT) – La majorité des noms de personnalités qui circulent, de manière très sérieuse, pour prendre en main la phase de transition imposée par « la révolution » menée par les jeunes algériens depuis le 22 février dernier, sont des vieillards âgés de 70 jusqu’à 90 ans. En plus de cet aspect, la majorité de ces mêmes personnalités ont pour point commun le fait qu’elles avaient toutes occupé de hautes responsabilités (ministérielles ou autres) notamment à l’époque de Houari Boumediene et Chadli Bendjedid.

C’est à cette alternative absurde qu’a abouti ce que d’aucuns qualifient naïvement de révolution en Algérie. Parmi les personnalités les plus en vue et auxquelles certains médias et certains cercles ne cessent de refaire une virginité, on peut citer Mouloud Hamrouche, Mokdad Sifi, Ahmed Taleb Ibrahimi et Karim Younès. Certains médias algériens, connus pour leur docilité et leur absence totale de principes et de constance, n’ont pas hésité à présenter ces personnalités comme étant les mieux placées « pour sauver l’Algérie » et pour conduire la transition exigée par la révolte populaire pacifique en cours en Algérie depuis le 22 février 2019. Prenons quelques-unes de ces personnalités : commençons par Ahmed Taleb Ibrahimi. Celui-ci est âgé, tenez-vous bien, de 87 ans. Si ça ne tenait qu’à son âge, la pilule aurait pu être avalée. Mais il se trouve que ce Ibrahimi est l’une des personnalités qui ont grandement contribué à détruire l’Algérie et à la mener dans la catastrophe dans laquelle le pays se débat aujourd’hui. Ibrahimi était ministre de l’Education nationale du temps de Boumediene et c’est lui qui avait arabisé et « islamisé » l’école algérienne qui a engendré les terroristes du début des années 90.

Pour sa part, Mouloud Hamrouche a passé toute sa vie dans le sérail. Il s’agit de l’homme qu’on voit, dans les images d’archives, tenir le parapluie du président Boumediene pendant la finale de la coupe d’Algérie où la JSK avait remporté cette dernière. Hamrouche était le chef de protocole de Boumediene et plus tard il évoluera dans le sérail du FLN jusqu’à devenir chef du gouvernement. Il est âgé de … 76 ans.

Mokdada Sifi était aussi chef du gouvernement au milieu des années quatre-vingt-dix et son âge est de 80 ans ! Le plus jeune de cette frange de personnalités qui pourraient très probablement remplacer les Said Bouteflika et consort est âgé de… 71 ans. Il s’agit de Karim Younès, également enfant du système et du FLN. Le dernier poste qu’il avait occupé a été celui de président de l’APN. Karim Younès a été démis de ses fonctions en 2004 par le clan de Bouteflika parce qu’il avait soutenu Ali Benflis, un autre fils du système, plusieurs fois ministres, Premier ministre et même secrétaire général du FLN. Qui dit mieux ? Ou plutôt, qui dit pire ?

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici