23ème marche : les citoyens de Bgayet s’en prennent à Karim Younès

2
Hirak, Kabylie
Hirak, Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – C’est un accueil des plus hostiles qui a été réservé par les milliers de manifestants qui ont battu le pavé dans la ville de Bgayet en ce 23ème vendredi des marches hebdomadaires qui se tiennent depuis le 22 février dernier dans plusieurs ville algériennes. « Karim Younès, dégage ! » a été l’un des slogans les plus scandés à Bgayet.

Ainsi, Karim Younès, que le pouvoir d’Abdelkader Bensalah a choisi pour présider le comité qui devrait gérer la transition, vient d’être désavoué publiquement par les enfants de sa propre région (Karim Younès est un enfant de Bgayet). Les habitants de Bgayet n’ont pas mâché leurs mots en exprimant leur déception et leur rejet de voir Karim Younès accepter ce qui s’apparente, à tous points de vue, à une véritable « sale besogne ». Les citoyens de Bgayet ont rejeté catégoriquement le dialogue auquel a appelé Bensalah jeudi dernier en imposant Karim Younès comme intermédiaire alors que ce dernier est un symbole qui incarne parfaitement le système politique qui a ruiné le pays.

Les manifestants de Bgayet ont scandé des slogans hostiles à Karim Younès et à sa commission. Karim Younès a été qualifié même de « chiyat el issaba ». En outre, sur plusieurs banderoles, les manifestants ont transcrit le mot d’ordre : « non au dialogue de Karim Younès ». La commission présidée par Karim Younès (ancien ministre et ancien président de l’APN sous le régime d’Abdelaziz Bouteflika à la fin des années 90 et début 2000) a été rejeté partout dans les villes algériennes où il y a eu des marches hier vendredi notamment à Tizi Ouzou, Bouira et Alger.

L’un des membres de cette commission, à savoir Smail Lalmas, a même été chassé de la marche d’Alger par les manifestants en guise de désaveu populaire de sa complicité dans cette démarche qui ne fait guère l’unanimité.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici