Le HIRAK de Kabylie ou l’échec recommencé

9
Le Hirak de Kabylie
Le Hirak de Kabylie

CONTRIBUTION (TAMURT) – « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » Winston Churchill. Décidément, les Kabyles oublient leurs erreurs et ils les reproduisent indéfiniment. Au début de la colonisation française en 1839, la Kabylie a été la seule à avoir résisté longtemps à l’occupation française, il a fallut 17 ans de guerre pour que la France occupe la Kabylie, alors que l’Algérie, avec la complicité de l’Emir Abdelkader, avait été conquise au bout de 9 ans seulement.

Plusieurs soulèvements et révoltes kabyles contre l’occupation coloniale n’ont pas été suivies ou soutenus par le reste des Algériens.
L’intronisation de Messali Hadj en 1926 à la tête de l’étoile nord africaine,fondée en 1924 par un groupe de kabyles épris de liberté et de justice, a été une erreur fatale que le peuple kabyle continue de payer à ce jour.
La crise berbériste de 1948 est toujours présente dans la mémoire collective du peuple Kabyle, elle est retenue comme étant une grande trahison. Pire encore, en 1954 Krim Belkacema sacrifia de nombreux contingents de kabyles en les envoyant mourir dans les différentes régions d’Algérie, il en a été bien « remercié » une fois l’indépendance obtenue.

En 1956, Abane et Amirouche ont fait courir un risque de génocide en Kabylie en y organisant le congrès de la Soummam qui s’avère aujourd’hui inutile, car rejeté par les arabes algériens. L’ardeurs de ces deux révolutionnaires naïfs et obstinés ont été vite « récompensées », ils ont été assassinés peu de temps après ce congrès par leurs amis révolutionnaires arabes algériens avant même l’indépendance.

Ait Ahmed en 1962, en tournant le dos à ses frères kabyles, s’est allié au groupe d’Oujda de Ben Belle et de Boumediene qui après l’avoir utilisé pendant un an, l’on jeté comme un kleenex. Une fois leur pouvoir consolidé, ils ont déclaré la guerre à la Kabylie par une expédition punitive se soldant par plus de 400 Kabyles tués et son incarcération lui-même. Il n’a du son évasion de la prison d’El Harrach qu’à un kabyle, gardien de prison qui l’a déguisé en femme avec un Haique. Mais ceci ne lui a pas servi de leçon, il récidive plus tard avec le FFS, il avait utilisé les pauvres kabyles au service de l’Algérie anti kabyle. J’avoue que moi même j’ai été entrainé naïvement dans les années 90 dans cette lutte pour la « démocratie » qui s’avéra être un piège contre le peuple kabyle car les islamistes ont été élevés par le régime militaire juste pour les dresser contre nous.

Aujourd’hui encore de nombreux charlatans kabyles qu’ils soient « politiciens », des « intellectuels », ou des « écrivains » qui n’ont retenu aucune leçon du passé, continuent d’instrumentaliser le peuple kabyle en le poussant dans des manifestations pour soit disant libérer l’Algérie de la « ΣISSABA »(mafia). Alors que le résultat est connu d’avance, déraciner des dictateurs de l’Est pour les remplacer par d’autres de l’ouest ou vis-versa, qui seront plus méchants plus racistes contre le peuple kabyle. Ces charlatans savent très bien que dès que l’Algérie se sentira un peu mieux, elle se retournera vite contre la Kabylie qu’elle considère comme étant non arabe peu islamisé et tournée ver l’occident judéo-chrétien.

Certains des nôtres qui se sont convertis en historiens continuent de reproduire les pires erreurs du passé, Ils vont aller plus loin dans l’instrumentalisation du peuple kabyle en appelant même la diaspora kabyle à rentrer et a participer à cette révolte algérienne comme si les kabyles de Kabylie engagés dans ce Hirak ne suffisent pas, et ceci sans conditions, sans mise en garde, sans mot d’ordre pour prévenir les retombées négatives sur la Kabylie à l’issue de cette révolte.

Les kabyles qui se sentent plus algériens que les algériens donc plus arabes que les arabes et qui sont épris de liberté et de justice devraient d’abord penser à leur Kabylie, nous ne sommes pas plus courageux, pas plus intelligent que les Oranais, les Constantinois, les Chaouis, les Touarègues…. Que chacun revendique la libération de sa région de cette Σissaba. Les marches hebdomadaires kabyles auraient eu plus de sens et de crédibilité si elles avaient adoptées comme slogan « libérer la Kabylie de la mafia militaro islamiste » au lieu de d’utiliser les slogans des voisins qui vont se retourner contre nous une fois la révolte terminée.
Ce Ḥirak a entrainé le remplacement de Bouteflika par Gaid Salah qui est plus sanguinaire que le premier, ce dernier a atteint le paroxysme du racisme, a emprisonné des dizaines de kabyles pour avoir levé le drapeau amazigh. Il a interdit même le port des robes et des tee-shirts kabyles. Aucun dictateur au monde n’a atteint cette extrémité. Ne doit-on pas cesser ce Hirak pour ne pas prendre de risque d’avoir un autre dictateur pire que Gaid Salah?

Tous les intellectuels kabyle objectifs, sensés et honnêtes qui retiennent les leçons de l’histoire, s’accordent à dire que l’Algérie n’ira bien que si la Kabylie se libère de l’oppression coloniale qu’elle subit depuis 1962. Est-il logique qu’un Kabyle colonisé fasse la révolution côte à côte avec celui qui l’opprime et le colonise? Ne doit-on pas d’abord lutter pour avoir le même statut que nos voisins arabes algériens pour entreprendre des projets avec eux? Ces voisins, les Constantinois, lesΣennabi lesTlemceniens ne devraient-ils pas aider les kabyles à avoir le même statut qu’euxs’il avaient vraiment de bonnes intentions? C’est comme si pendant la colonisation Française les indigènes se révoltaient aux cotés des Européens pour la démocratie et la liberté .

L’Algérie est une création coloniale, elle n’a aucun avenir, elle est arrivée à sa date de fin de péremption. Elle finira comme les autres pays arabes (Lybie, Irak, Syrie, Yémen..)auxquels elle appartient dans l’UA. Ces pays de l’Oumma arabo musulmane qui sont caractérisés par leur violence et leur rejet des droits de l’homme finissent par s’auto détruire eux même. Des milices algériennes, anti-kabyle sont aidées et soutenues par le pouvoir raciste. Des assassinats des emprisonnements et de nombreuses attaques sont déjà mis à exécutions. Laisser la Kabylie sous la domination arabe algérienne sera un crime commis par notre génération à l’encontre de nos descendants.

Heureusement que depuis quelques années le nationalisme kabyle est né suite aux massacres du printemps noir de 2001, il ne cesse de prendre de l’ampleur, il donne une lueur d’espoir au peuple kabyle qui devra s’investir davantage dans la voie indépendantiste pacifique défendue par l’URK (l’union pour une république kabyle) et le MAK (mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie).Cette voie reste la seule alternative au peuple kabyle pour retrouver sa liberté sa dignité afin d’aller vers le progrès et la modernité et de ne pas sombrer comme les pays arabes.

Yuva DAHDAH, membre fondateur de l’URK

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici