Dites à la presse algérienne qu’Anissa Boumediène a perdu son procès contre Tamurt !

10
Anissa Boumediene
Anissa Boumediene

KABYLIE (TAMURT) – Le journal Echourouk avait annoncé avec un intérêt particulier le dépôt de plainte par la femme du criminel Boukharouba, Anissa Boumediène, contre le journal kabyle, Tamurt.info, en 2017, à Paris. Le journal du général Toufik, TSA, avait consacré une longue interview à Anissa Boumediène sur ce sujet, sans donner la moindre parole au journal Tamurt pour s’expliquer.

Aujourd’hui, que le verdict est tombé et que la justice française a débouté Madame Boumediène, ni ce journal du général Toufik ni aucun autre média algérien n’a soufflé mot sur cette affaire. La presse algérienne et Anissa Boumediène étaient certains que le journal Tamut serait condamné et cesserait d’exister. Ils ont oublié que la justice en France n’est pas gérée par les juges du tribunal de Sidi Mhamed, qui agit sur ordre.

Aucun journal en Algérie n’est indépendant, bien que des journalistes honnêtes existent, faut-il le rappeler. La presse kabyle existe belle est bien. Même avec des moyens rudimentaires, elle est souverainne. C’est d’ailleurs une des raisons de la censure par l’Etat algérien du journal Tamurt en Kabylie et en Algérie . Le procès d’Anissa Boumediène contre ce journal kabyle restera dans l’histoire. C’est une belle victoire, C’est une victoire symbolique de la Kabylie contre tout le régime raciste édifié par le criminel Boukharouba.

Pour rappel, Anissa Boumediène avait saisi la justice française, puisqu’elle vit en France contre le journal Tamurt, pour avoir rappelé dans un article que l’ex-sanguinaire Houari Boumediène possédait deux comptes bancaires à New York. Elle a même demandé une indemnisation de 300 000 euros !

Nadir S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici