Des maires kabyles défient le pouvoir algérien

8
Les maires kabyles
Les maires kabyles

KABYLIE (TAMURT) – Contrairement aux députés Kabyles, qui ont vendu leur honneur, les maires, certains maires kabyles, défient le régime. Une partie des maires du FFS et du RCD refusent de prendre part à l’organisation des élections présidentielles que le régime algérien veut imposer ce 12 décembre 2019.

Le maire de la commune de Timizirt, Lounes Djouadi, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a défrayé la chronique en annonçant que deux ministres ne sont pas les bienvenus dans sa commune et il ne les recevra pas. Les deux ministres, qui devaient se rendre ce premier novembre à Timizart, étaient obligés d’annuler leur déplacement. Le courage d’une partie des maires kabyles est salué. Ils veulent instaurer leur autorité, même si le pouvoir algérien ne leur laisse presque aucun pouvoir, puisque c’est le chef de daïra, désigné par le pouvoir central d’Alger qui décide de tout.

Même si plus de la moitié des Kabyles n’ont pas voté pour ces maires, le courage de certains d’entre eux force le respect. Le vrai défi pour ces maires reste de ne plus reconnaître l’autorité des chefs de daïras et des walis envoyés en Kabylie. Ce n’est pas une mince affaire, mais si les maires de la Kabylie s’unissent et appellent au soutien de la population, leur autorité pourrait être imposée.

La vulnérabilité du régime en cette conjoncture de crise politique qui perdure en Algérie peut être une opportunité pour les Kabyles de franchir le pas. Les maires catalans ont même réussi à organiser un référendum d’autodétermination!

Nadir S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici