Djaâfra : des policiers répriment encore des manifestants en Kabylie

8
7 manifestants arrêtés
7 manifestants arrêtés

KABYLIE (TAMURT) – Après la ville de Tichy, c’est au tour de la localité de Djaâfra, région kabylophone de la wilaya de Bordj Bou Arréridj, de vivre aussi des actes de répression de la part des policiers. En effet, avant-hier, des centaines de manifestants ont été pris à partie par les policiers appelés communément les forces anti-émeutes alors qu’ils exprimaient leur rejet de la présidentielle du 12 décembre.

Les incidents se sont produits avant-hier dans cette commune de la Kabylie et les citoyens ont été choqués suite aux images ayant émaillé cette journée de confrontation. Selon des témoignages concordants, des renforts en policiers ont été dépêchés à partir d’autres localités limitrophes, dont le chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou Arréridj, afin de prendre part à cette intervention ayant visé les manifestants qui rejettent les élections présidentielles programmées pour la journée du 12 décembre prochain. Tout a commencé avec un rassemblement populaire observé par les habitants de Djaâfra et des communes limitrophes.

Les citoyens en question ont ensuite procédé à la fermeture des sièges de l’assemblée populaire communale de Djaâfra et de celui de la daïra. La réaction de la police ne s’est pas faite attendre. On déplore plusieurs blessés mais aussi des dizaines d’arrestations. Les manifestants arrêtés ont été tous libérés quelques heures plus tard. Les citoyens, suite à cet acte de répression, ont organisé une réunion au village d’Ath Khelifa pour étudier l’attitude à adopter face à cette réaction musclée de la police. Il faut rappeler que le scénario qui se dessine actuellement concernant les élections présidentielles du 12 décembre prochain est la non-tenue de ce vote dans toute la région de Kabylie.

Mais ailleurs, la situation est encore confuse. On ne sait pas encore si cette l’élection pourrait se tenir ou pas. Mais quand bien même elle se déroulera, une chose est en revanche certaine : le taux de participation sera des plus faibles comme le montre et le laisse anticiper l’affluence très faible des citoyens aux meetings électoraux qu’animent les cinq candidats un peu partout dans les chefs-lieux des wilayas algériennes.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici