6 porteurs de drapeaux amazighs arrêtés en Algérie

8
Drapeau amazigh-Tamurt
Drapeau amazigh-Tamurt

KABYLIE (TAMURT) – décidément, la chasse aux porteurs de drapeaux amazighs est loin de connaitre son épilogue en Algérie. La persécution des manifestants qui continuent à brandir le drapeau berbère lors des marches qui ont lieu en Algérie s’est poursuivie encore hier avec l’arrestation de pas moins de six citoyens.

Les cinq premiers manifestants ayant fait l’objet d’arrestation sont des citoyens ayant marché hier dans la wilaya de Sétif et qui ont osé braver l’interdit en s’étant muni de l’emblème qui représente la culture, la langue et l’identité amazighes. Mais les concernés ont été tout bonnement empêché de poursuivre leur manifestation pacifique puisqu’ils ont été embarqués par les services de sécurité manu militari. Un autre citoyen a été également arrêté hier en possession du drapeau amazigh au moment où il prenait part à l’une des marches du vendredi dans un chef-lieu d’une wilaya du sud algérien. Ces arrestations de six manifestants porteurs du drapeau amazigh démontre que toutes les centaines de manifestations organisées depuis plusieurs mois dans le but d’exiger la libération des détenus ayant porté le drapeau berbère sont tombées dans l’oreille d’un sourd.

Le pouvoir algérien continue de n’en tenir qu’à sa tête et refuse de tendre l’oreille aux appels des dizaines de milliers de manifestants qui manifestent plusieurs fois par semaine à la fois pour exiger la libération de tous les porteurs de drapeaux amazighs sans condition et dans les meilleurs délais et afin d’exiger aussi l’annulation des élections présidentielles du 12 décembre 2019. Au fur et à mesure que la date de cette élection, très controversée, s’approche, le bras de fer entre le pouvoir et les manifestants se corse. De son côté le pouvoir persiste et signe qu’il maintient ce vote quoi qu’il en soit. Pour leur part, les manifestants, infatigables, continuent d’exercer, à leur manière, une pression qui va jusqu’à l’empêchement par la force de l’organisation même de cette élection notamment en s’en prenant aux bureaux des élections qui se trouvent dans les mairies et dans les sièges des daïras.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici