Présidentielle : Ali Benflis en Kabylie aujourd’hui

22
Ahmed Taleb Ibrahimi avec Ali Benflis
Ahmed Taleb Ibrahimi avec Ali Benflis

KABYLIE (TAMURT) – Ali Benflis, candidat à l’élection présidentielle, très controversée, du 12 décembre 2019 réussira-t-il à animer son meeting, prévu aujourd’hui dans le chef-lieu de la wilaya de Bouira ? C’est le premier candidat, parmi les cinq en lice, à mettre les pieds en Kabylie dans le cadre de la campagne électorale.

Alors que la campagne électorale pour la présidentielle tire à sa fin, aucun des cinq candidats n’a encore osé se déplacer en Kabylie pour y animer un meeting ou du moins, à défaut, une rencontre de proximité. L’hostilité de la population de la Kabylie à l’égard de cette présidentielle a fait comprendre aux cinq candidats que ce serait s’aventurer que d’y mettre les pieds. Mais Ali Benflis semble faire exception à la règle en programmant un meeting électoral pour aujourd’hui dans le chef-lieu de la wilaya de Bouira où les citoyens de toutes les communes kabylophones manifestent régulièrement pour exiger du pouvoir le rejet de la présidentielle et également pour la libération des porteurs de drapeaux amazighs.

Deux scénarios se dessinent concernant le meeting d’Ali Benflis aujourd’hui à Bouira. Soit ce candidat tiendra sa rencontre sous un climat de haute surveillance policière ou bien le meeting sera annulé surtout quand on sait que la population de Kabylie n’est pas prête d’oublier que lors des dramatiques événements du printemps noir de 2001, c’est Ali Benflis qui occupait le poste de chef de gouvernement et c’était lui avait signé la décision gouvernementale qui interdisait toute manifestation à Alger pour empêcher les kabyles de s’y rendre. Ce n’est qu’en 2003 que le divorce entre Ali Benflis et Abdelaziz Bouteflika a été consommé.

Ali Benflis a, pour rappel, fait tout son parcours dans l’école du parti unique, le FLN. Il était d’ailleurs le secrétaire général du FLN. Il a également occupé le poste de ministre de la Justice, sous les couleurs du même FLN. Depuis 2004, plusieurs parties essayent de présenter Ali Benflis comme un « grand opposant » au pouvoir algérien.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici