Les décideurs veulent encore jouer la carte de la Kabylie

7

KABYLIE (TAMURT) – A chaque fois que les décideurs sont acculés, ils jouent la carte kabyle. Ils créent souvent des tensions en Kabylie, allant jusqu’à l’effusion de sang, rien que pour maintenir leur régime.

Depuis 1962, les Kabyles sont sacrifiés par les décideurs. Cette semaine, des policiers en civile ont créé des scènes de violences à Tuviret, suite à la visite dans la région du candidat Benflis. Plus de 50 blessés et plusieurs arrestations arbitraires ont été enregistrées. A Boghni, cette semaine, 4 militants de l’URK ont été arretés par plus de 35 policiers. Des cas de provocations sont signalés un peu partout en Kabylie. La vigilance des citoyens a évité le pire dans plusieurs cas, plus particulièrement à la ville de Tuviret, mais il semble que les services de sécurité soient chargés de créer la violence et des émeutes.

Un blessé de Tuvirett
Un blessé de Tuvirett

Le temps est venu pour mettre un terme à cette politique raciste. Le peuple kabyle ne doit plus tomber dans les combines du régime. La plupart des détenus politiques 200 environs, sont presque tous des Kabyles. Jusqu’à quand les décideurs continueront à s’acharner sur le peuple kabyle, pour garantir leurs intérêts personnels ?

En 1963 la Kabylie, toute seule, a donné plus de 450 de ses enfants pour faire face au clan d’Oujda. Durant les années 1970, Boumediène s’est acharné contre les militants kabyles. En 1980 la Kabylie s’est soulevée encore toute seule pour réclamer l’officialisation de Tamazight et l’instauration d’un régime démocratique en Algérie.

Durant la décennie noire, les Kabyles étaient les premiers à prendre les armes contre le terrorisme. En 2001, 127 jeunes kabyles ont été tués par des gendarmes en Kabylie, des milliers de bléssés graves, à cause des conflits claniques au sein du régime. Aujourd’hui, en 2019, les militaires veulent encore faire couler le sang des Kabyles pour sauver leur régime.

Nadir S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici